Publications en ligne

Plan d'activitès et renseignements financiers

Plan d'activités  2001-2002


Haut de page

Message du ministre

Le système de santé de l'Ontario a été créé au cours des années 1970. Mais les services de santé, comme tout le reste, ont beaucoup évolué depuis. La technologie, le diagnostic médical et les traitements ont fait des progrès spectaculaires. Les besoins médicaux de la population ont également changé. Les gens vivent plus longtemps et il n'y a jamais eu autant de personnes âgées.

Ces dernières années, nous avons travaillé fort à moderniser le système de santé de l'Ontario. Nous voulons nous assurer qu'il répond à vos besoins aujourd'hui et qu'il répondra aux besoins de vos enfants au cours des décennies à venir.

Le plan d'activités du ministère est notre rapport annuel aux contribuables de l'Ontario. Il présente notre objectif qui est de veiller à ce que toutes les Ontariennes et tous les Ontariens aient accès à des services de santé de qualité à toutes les étapes de leur vie et le plus près possible de chez eux. Il explique ce que nous faisons pour atteindre cet objectif. Le plan d'activités fait le point sur ce que nous avons accompli jusqu'ici et décrit les stratégies que nous mettons en œuvre et les engagements que nous prenons pour créer un meilleur système de santé. Plus important encore, il montre comment, et avec quelle circonspection, nous dépensons les deniers publics.

Les dépenses effectuées par l'Ontario au titre des programmes et des services de santé augmenteront pour le sixième exercice consécutif pour atteindre 23,5 milliards de dollars en 2001-2002, soit 1,2 milliard de dollars de plus qu'en 2000-2001. Cela signifie que le gouvernement s'acquittera avec deux ans d'avance de l'engagement pris dans son Plan d'action de 1999 d'augmenter de 20 pour 100 les dépenses en services de santé.

En dépit de l'augmentation des dépenses, le gouvernement de l'Ontario est convaincu que des réformes fondamentales sont nécessaires pour sauver le système de santé du Canada. Nous ne pouvons continuer à dépenser à ce rythme, car l'augmentation de la population, le recours croissant aux services de santé et la sophistication des médicaments et des technologies font monter les coûts. Nous aurons à faire des choix responsables et à prendre des décisions difficiles non seulement pour soutenir notre système de santé, mais pour le sauver. C'est pourquoi nous estimons qu'il y a longtemps qu'un dialogue national aurait dû avoir lieu et que l'on ne peut pas attendre pour agir jusqu'en novembre 2002, date où la Commission sur l'avenir des soins de santé au Canada doit faire connaître ses conclusions.

Nous voulons faire ce qu'il faut pour sauver notre système de santé beaucoup plus tôt. Nous allons inviter la population de l'Ontario à participer activement à la réflexion sur les changements fondamentaux à apporter au système de santé. Nous allons demander aux patients, aux médecins, au personnel infirmier, aux administrateurs et au public de définir les réformes nécessaires et la meilleure façon d'utiliser les milliards de dollars dépensés chaque année au titre de la santé. Nous continuons à insister auprès du gouvernement fédéral pour qu'il assume sa juste part - soit 50 pour 100 - de toutes les augmentations de financement des services de santé.

Nous savons que les ressources à consacrer à la santé ne sont pas illimitées, mais nous croyons aussi qu'une planification sérieuse et stratégique de l'avenir peut apporter au système la stabilité dont il a besoin.

L'honorable Tony Clement
Ministre de la Santé et des Soins de longue durée

Haut de page

Objectif général du ministère

Notre objectif général est clair : un système de santé qui favorise le mieux-être et améliore la santé grâce à la prestation de services de qualité, intégrés et accessibles à toutes les étapes de la vie et le plus près possible du domicile des patients.

Pour atteindre cet objectif, l'Ontario a amorcé une modernisation sans précédent de son système de santé. Nous sommes en train de restructurer les hôpitaux, de nous diriger vers la prestation de soins 24 heures sur 24, sept jours par semaine, d'investir dans des établissements mieux adaptés et plus modernes, d'élargir les services communautaires, d'éduquer le public sur la prévention des maladies et l'adoption d'un mode de vie sain, de nous pencher sur les besoins en matière de ressources humaines, et de responsabiliser davantage tous les secteurs du système de santé.

Notre objectif est d'avoir un système qui assure à tous les habitants de la province l'accès à des services de santé de qualité - services auxquels ils ont droit - à toutes les étapes de leur vie. Il s'agit d'un système de santé intégré, abordable, responsable et durable.

Le présent plan d'activités montre les progrès accomplis en matière de réformes fondamentales et décrit les nouvelles initiatives qui nous permettront d'atteindre notre objectif général.


Haut de page

Activités de base

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a pour responsabilité de superviser et de financer un système énorme et complexe de services de santé. Il le fait dans le cadre de cinq activités de base liées les unes aux autres pour que les Ontariennes et Ontariens reçoivent les services de santé dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin et là où ils en ont besoin. Au cours de l'exercice passé, le ministère a réorganisé ses activités de base en fonction de ses structures organisationnelles et financières pour rendre le système plus efficace et plus responsable.

Santé publique, promotion de la santé et mieux-être

L'objectif de cette activité de base est de préserver la santé et l'autonomie de la population en prévenant les maladies, les blessures et les décès prématurés, et en favorisant l'adoption de modes de vie sains. Les programmes communautaires de prévention et d'intervention précoce peuvent faire beaucoup pour atténuer toutes sortes de problèmes de santé. Par exemple, l'immunisation et l'éducation aident à prévenir les maladies infectieuses. Les programmes qui encouragent l'alimentation saine, l'activité physique et la réduction de la consommation d'alcool et de l'usage du tabac contribuent à freiner l'apparition de maladies chroniques et de leurs effets néfastes.

Les programmes de santé publique, les centres de santé communautaire, les services intégrés pour enfants, les programmes de lutte contre l'alcoolisme, la toxicomanie et le jeu compulsif, les programmes de lutte contre le sida, les services d'urgence et les services canadiens de collecte et de distribution des produits sanguins font tous partie de ce secteur proactif de la santé.

Assurance-santé de l'Ontario

L'Assurance-santé de l'Ontario dispense des services assurés à la population de l'Ontario pour lui permettre d'accéder plus facilement à une vaste gamme de services de santé prodigués par les médecins, le Réseau Santé familiale de l'Ontario, les établissements de santé autonomes et les hôpitaux hors pays/hors province. Une composante essentielle de cette activité de base consiste à prévenir, à détecter et à décourager l'utilisation frauduleuse du système de santé. À cette fin, le ministère surveille la facturation et la façon dont les services sont utilisés, vérifie que les patients sont toujours admissibles à l'Assurance-santé de l'Ontario et enquête sur les fraudes présumées. Les programmes qui relèvent de cette activité de base comprennent l'Assurance-santé de l'Ontario, les programmes de médicaments, les services de laboratoire et les appareils et accessoires fonctionnels.

Programmes intégrés de soins de santé

Les programmes intégrés de soins de santé offrent les services et la technologie permettant de répondre aux besoins changeants des personnes qui reçoivent des soins en établissement et en milieu communautaire. On entend par là les hôpitaux communautaires, les hôpitaux spécialisés, les centres d'enseignement des sciences de la santé et les établissements de soins de longue durée. Il faut ajouter aussi les services offerts plus près de chez soi, par le biais des centres d'accès aux soins communautaires, des soins de longue durée et des services de santé mentale dispensés en milieu communautaire, et des services aux patients atteints de cancer.

Le ministère réglemente et finance les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée, mais il ne les administre pas directement (à l'exception des hôpitaux psychiatriques qui sont transférés au système des hôpitaux publics). Ces établissements sont des sociétés indépendantes gérées par des conseils d'administration indépendants.

Le système de santé mentale de l'Ontario comprend les services fournis par les quatre hôpitaux psychiatriques de la province, les cinq hôpitaux spécialisés et les 52 hôpitaux généraux, ainsi que les 446 programmes communautaires de santé mentale. La réforme de la santé mentale intègre les soins aux patients hospitalisés et aux patients des services de consultation externe dans les collectivités locales.

Ces dernières années, l'Ontario a décidé d'élargir considérablement le secteur des établissements de soins de longue durée afin de répondre aux besoins d'une population croissante et vieillissante. Le gouvernement a affecté 1,2 milliard de dollars à la création de 20 000 lits de soins de longue durée et aux services communautaires. Les établissements de soins de longue durée dispensent des services de santé aux personnes qui ne peuvent plus vivre chez elles de façon autonome et ont besoin de soins infirmiers et personnels jour et nuit. Le gouvernement s'est engagé à réaménager quelque 16 000 lits de soins de longue durée d'ici 2006. Le réaménagement des lits est une composante importante de la stratégie globale du gouvernement qui vise à mettre en place une nouvelle infrastructure et à moderniser le système de santé de l'Ontario, afin de répondre aux besoins changeants de la population.

Dans le cadre de la réforme du système de soins de longue durée, les activités d'administration, de financement et de reddition de comptes des 501 établissements de la province seront assurées par un système central. Les centres d'accès aux soins communautaires (CASC) gèrent les admissions dans les établissements de soins de longue durée. Les 43 CASC de l'Ontario sont un volet essentiel des services de santé communautaire. Ils offrent un point d'accès unique à une vaste gamme de programmes - parmi lesquels les services de santé à domicile, le soutien personnel et les services d'aides familiales - à quelque 200 000 personnes tous les mois. En outre, le ministère finance environ 900 organismes qui offrent des programmes de soutien communautaire comme les services de livraison de repas à domicile et les logements avec services de soutien.

Politiques et recherche dans le domaine de la santé

L'activité de base associée aux politiques et à la recherche dans le domaine de la santé se charge de l'élaboration des politiques et de la planification du ministère à qui il offre des orientations claires, cohérentes et opportunes pour appuyer et améliorer le système de santé de l'Ontario. La planification à l'échelle du système permet au ministère d'allouer ses ressources de façon stratégique et d'assurer la prestation ininterrompue des services de santé dans toute la province. Le programme finance aussi la formation clinique, essentiellement en médecine, mais aussi dans certaines autres sciences de la santé et dans des projets spéciaux en rapport avec le recrutement et le maintien en poste des professionnels de la santé.

Dans le cadre de cette activité de base, le ministère mesure aussi la performance du système de santé de l'Ontario et coordonne ses politiques avec celles du gouvernement fédéral et des autres provinces et territoires. Le gouvernement finance les travaux de recherche visant à améliorer les services de santé. Le ministère, de concert avec 21 organismes de réglementation, veille au respect des normes professionnelles et à la sécurité des patients, et finance des programmes d'éducation et de formation. L'objectif est d'élaborer des textes de loi, des normes, des politiques et des programmes pour répondre aux besoins d'une population croissante, changeante et vieillissante, et d'un système de santé en pleine évolution.

Administration interne

Cette activité de base fournit un soutien opérationnel et stratégique au ministère. Elle inclut le Secrétariat des soins infirmiers, l'Initiative « Systèmes intelligents pour la santé » et l'Unité de gestion des connaissances. Le Secrétariat des soins infirmiers donne des conseils en matière de politique stratégique et de planification au ministère du point de vue des services infirmiers, et aide à mettre en œuvre les recommandations du Groupe de travail sur les soins infirmiers. Les Systèmes intelligents pour la santé fourniront et administreront le cadre de gestion intégrée des renseignements médicaux qui permettra au gouvernement de s'acquitter de son engagement envers la restructuration du système, et au ministère de répondre aux besoins en matière de technologie de l'information de ses divers projets.


Haut de page

Rapport annuel sur les réalisations clés en 2000-2001

Les dépenses de l'Ontario au titre des programmes et services de santé ont atteint 22,3 milliards de dollars en 2000-2001. Grâce à cet investissement, le gouvernement continue à faire des progrès considérables dans l'édification d'un système de santé moderne, intégré, plus efficace et efficient - un système qui offre des services de santé de qualité, abordables et accessibles à la population de l'Ontario, à toutes les étapes de la vie et aussi près que possible de chez elle.

Cet investissement dans les soins de santé a permis d'affecter des fonds aux hôpitaux publics et à leurs programmes critiques, tels que dialyse, traitement des maladies cardio-vasculaires et du cancer, aux programmes de soins de longue durée et programmes communautaires, y compris les 43 centres d'accès aux soins communautaires, et aux organismes qui dispensent des soins et des thérapies à domicile et des services d'aides familiales.

Le ministère a aussi soutenu le premier ministre dans ses négociations avec le gouvernement fédéral pour restaurer le Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux. Bien que la restauration partielle soit un premier pas appréciable, les fonds alloués par le gouvernement fédéral à l'Ontario pour les services de santé restent inférieurs à ce qu'ils étaient en 1995. Cette année, la contribution fédérale au titre des dépenses en matière de soins de la santé et de services sociaux représente moins de 14 cents par dollar.

Nos stratégies pour atteindre nos objectifs en 2000-2001 témoignaient de l'engagement du ministère à l'égard de la santé et de la réforme du système de santé et passaient par l'amélioration de l'accès aux services médicaux, la mise en œuvre de meilleures pratiques de soins, la prévention des maladies et le financement de la recherche dans le domaine de la santé.

Amélioration de l'accessibilité

L'Ontario garantit l'accès en temps utile à une gamme complète de soins et de traitements hospitaliers grâce à l'élargissement des programmes, à l'accroissement des dépenses consacrées à la recherche et à l'enseignement, et à l'amélioration de l'accès aux services de rééducation et aux soins continus.

Le gouvernement a consacré 186,2 millions de dollars à la construction de centres régionaux de traitement du cancer à Durham, Peel, Kitchener-Waterloo, St. Catharines et Sault Ste. Marie, et à l'expansion des centres de traitement du cancer déjà en opération en Ontario. Les centres régionaux de traitement du cancer ont reçu 27,2 millions de dollars supplémentaires afin de traiter davantage de patients soumis à une chimiothérapie avec de nouveaux médicaments « sophistiqués ». Nous avons également commencé à étudier comment répondre de la façon la plus appropriée aux besoins en soins palliatifs du nombre croissant des patients atteints de cancer.

Trois nouveaux centres de traitement avancé des maladies cardio-vasculaires sont en construction au Trillium Health Centre, à l'hôpital St. Mary's et au centre de santé régional de Southlake. Ils desserviront les régions de Mississauga, de Kitchener et de York/Simcoe. Le Trillium Health Centre, à Mississauga, est pleinement opérationnel depuis l'automne 2000. L'octroi de 22,5 millions de dollars permettra de créer 12 services de dialyse et d'en agrandir cinq autres disséminés dans la province. Le ministère a également approuvé l'affectation de 9,4 millions de dollars aux prothèses orthopédiques.

L'une des réalisations clés du dernier exercice a été l'élaboration d'une stratégie globale visant les dons d'organes et de tissus, et l'adoption d'une loi qui nous rapproche du défi du millénaire lancé par le premier ministre, à savoir doubler les dons d'organes d'ici 2005.

En 2000-2001, l'Ontario a investi la plus grande somme d'argent jamais consacrée au cours d'un même exercice aux dépenses de fonctionnement des hôpitaux - plus d'un milliard de dollars - dont l'essentiel a été utilisé pour augmenter le nombre de lits et rénover de nombreux établissements de soins de longue durée et de rééducation.

Notre stratégie des services d'urgence, jointe à l'administration gratuite du vaccin antigrippal et aux accords sur les autres modes de financement des médecins, a contribué à alléger la pression dans les salles d'urgence des hôpitaux, particulièrement pendant la saison de la grippe. La stratégie prévoyait l'augmentation du nombre de lits, l'accroissement des effectifs et la mise en place de réseaux et de coordonnateurs des services d'urgence dans tout l'Ontario.

Pour améliorer les services aux patients, nous avons affecté 10 millions de dollars à l'élaboration d'une charte des droits des patients et de fiches de rendement des hôpitaux qui permettent d'établir un lien direct entre le financement des hôpitaux et leur performance.

Détection précoce des problèmes de santé

La détection précoce d'une maladie, qu'il s'agisse d'une maladie cardio-vasculaire, d'un cancer ou du diabète, permet de traiter les patients plus tôt et mieux.

En 2000-2001, le ministère a financé l'expansion du Programme ontarien de dépistage du cancer du sein pour faciliter l'accès des femmes de 50 ans et plus. Le programme a ouvert 18 nouveaux sites, portant leur nombre à 72 dans toute la province, et a pu offrir ses services à davantage de patientes (22 pour 100 de plus qu'au cours du dernier exercice). Le ministère a également lancé un nouveau programme provincial visant à offrir aux personnes admissibles des tests de dépistage génétique du cancer du sein, des ovaires et du colon.

À la fin de janvier 2001, le ministère avait approuvé en tout 42 appareils d'imagerie par résonance magnétique (IRM) qui devraient permettre d'éviter certaines chirurgies exploratoires coûteuses. Ces machines de haute technologie peuvent détecter des maladies du cerveau et de la moelle épinière, plusieurs formes de cancer, des troubles squeletto-musculaires et un grand nombre de troubles cardiaques.

Le service téléphonique de conseils gratuits Télésanté Ontario a été inauguré au début de 2001 dans les secteurs desservis par les indicatifs régionaux 416 et 905. Le numéro gratuit à composer dans ces régions est le 1 866 797-0000. Les personnes qui appellent ont accès à des infirmières et infirmiers autorisés expérimentés qui leur donnent des conseils et des renseignements et les aiguillent vers d'autres services jour et nuit, sept jours par semaine. Le service Télésanté Ontario sera étendu à toute la province d'ici la fin de 2001.

Notre initiative de développement des soins primaires a fait de notables progrès et, à la fin de mars 2001, 172 médecins, sept infirmières et infirmiers praticiens et 222 000 patients faisaient partie des réseaux de soins primaires de six collectivités. En l'an 2000, le ministère et l'Ontario Medical Association se sont mis d'accord pour étendre ces réseaux rebaptisés réseaux Santé familiale de l'Ontario au début de 2001. La Dre Ruth Wilson a été nommée présidente de l'organisme central appelé Réseau Santé familiale de l'Ontario. L'objectif du gouvernement est que 80 pour 100 des médecins admissibles se joignent à un tel réseau dans les quatre années à venir.

La technologie de l'information est la clé du succès du Réseau Santé familiale de l'Ontario, et le budget de 2000 de l'Ontario prévoyait l'octroi de 100 millions de dollars sous forme d'incitatifs pour les médecins et de 150 millions de dollars pour acquérir la technologie de l'information nécessaire aux réseaux. Le système permettra l'échange de renseignements entre les professionnels de la santé, tout en protégeant la confidentialité des données critiques.

La planification de la réforme des laboratoires a commencé dans trois régions de la province et fait intervenir des médecins, des hôpitaux et des laboratoires communautaires. La réforme des laboratoires hospitaliers et communautaires permettra de réduire le chevauchement des services et d'augmenter la responsabilité, la qualité et l'accès aux services de laboratoire. Un programme de gestion améliorée de la qualité a été annoncé dans le cadre de la réforme. Nous avons continué à développer le Système d'information de laboratoire de l'Ontario qui améliorera les soins aux patients en permettant au personnel médical autorisé d'avoir accès aux renseignements pertinents des services de laboratoire dès que possible, jour et nuit, sept jours par semaine.

Soins communautaires

La viabilité de notre système de santé dépend en grande partie de la capacité des patients de recevoir des soins dans leur collectivité plutôt qu'à l'hôpital.

Au début de l'année dernière, nous avons créé le Projet de réaménagement des soins de longue durée pour veiller à ce que la population vieillissante de l'Ontario ait accès aux établissements de soins de longue durée. Nous avons contribué à réduire les formalités administratives et les délais pour permettre aux propriétaires de réunir les terrains et d'obtenir plus facilement les approbations requises en matière de zonage. Nous avons simplifié les processus et facilité l'établissement de partenariats et de coentreprises aux fins d'aménagement et de création de lits de soins de longue durée pour qu'ils soient disponibles en temps voulu dans les secteurs de services où ils sont le plus nécessaires.

Le ministère a affecté 1,6 milliard de dollars à la prestation des services de santé à domicile et des services de soutien pour permettre aux malades de se rétablir chez eux, de vivre de façon autonome et de rester plus longtemps à la maison au lieu d'être admis dans des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée. Nous avons aussi étendu les services auxiliaires de santé dans les écoles, les services de soutien personnel et l'équipement médical pour les enfants qui ne font pas partie du système des écoles publiques.

Le gouvernement travaille sans relâche au règlement du problème posé par la disponibilité et la répartition des médecins afin de répondre aux besoins des patients de toute la province. Nous avons consacré 1 million de dollars à l'accroissement des futurs effectifs de médecins en créant 40 places dans les écoles de médecine au cours de l'automne 2000, en réponse au rapport intérimaire du Comité d'experts sur les professionnels de la santé constitué par le ministère. Ces postes ont été créés au début de l'année universitaire 2000-2001. Nous avons récemment affecté 4 millions de dollars pour offrir des études gratuites et des incitatifs aux nouveaux médecins qui acceptent d'exercer dans des régions insuffisamment desservies. À l'appui des recommandations à court terme du groupe d'enquête sur les effectifs médicaux créé par le ministère, nous nous sommes engagés à dépenser 11 millions de dollars par an pour étendre les programmes de formation médicale axés sur des secteurs et domaines de spécialisation où les médecins ne sont pas assez nombreux et offrir des possibilités de formation à davantage de médecins étrangers pour leur permettre d'exercer leur profession en Ontario.

En 2000-2001, le ministère a dépensé environ 2,5 milliards de dollars en programmes et services de santé mentale, tels que systèmes de réponse en cas d'urgence, initiatives d'aide aux anciens patients, augmentation du nombre de lits d'hôpitaux, équipes de traitement en milieu communautaire, programmes de traitement des troubles de l'alimentation, initiatives à l'intention des sans-abri, programmes d'aide psycho-gériatrique et services de soutien au logement. Nous avons amorcé la première étape d'une initiative pluriannuelle à l'intention des sans-abri, et acquis 962 logements pour personnes atteintes d'une maladie mentale grave. Nous avons également élaboré un nouveau cadre de politique concernant les soutiens à l'emploi offerts à ces personnes.

L'adoption de la Loi Brian de 2000 sur la réforme législative concernant la santé mentale, le 1er décembre 2000, et son application ont marqué un grand pas en avant pour la santé mentale. Cette loi modifie la Loi sur la santé mentale et la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé et permet aux personnes atteintes d'une maladie mentale grave de recevoir les soins et le traitement dont elles ont besoin dans leur collectivité. La province a créé neuf groupes d'étude chargés d'appliquer la Loi et de fournir le leadership et les conseils nécessaires pour restructurer les services locaux et régionaux de santé mentale disséminés dans toute la province, comme prévu dans le document intitulé Franchir les étapes

Promotion de la santé

L'une des responsabilités d'un système de santé moderne est de montrer à la population comment mener une vie saine. En 2000-2001, le ministère a augmenté ses programmes de prévention des maladies.

Un programme novateur de 38 millions de dollars a permis d'offrir gratuitement un vaccin antigrippal à tous les habitants de la province. Grande première en Amérique du Nord, le programme avait pour but de préserver la bonne santé de la population et de réduire la pression dans les cabinets médicaux et les salles d'urgence. Le nombre de cas de grippe confirmés en laboratoire en Ontario a chuté, passant de 2 889 en 1999-2000 à 840 en 2000-2001.

Le Programme de santé cardio-vasculaire, auquel ont été affectés 17 millions de dollars, avait pour objet de mieux sensibiliser le public aux bienfaits de l'activité physique et de l'alimentation saine pour réduire les maladies cardio-vasculaires. Ces fonds ont permis de financer les efforts déployés par plus de 700 groupes communautaires et 37 organismes pour diffuser des renseignements sur les maladies cardio-vasculaires dans toute la province.

Au cours du dernier exercice, le financement des initiatives antitabac est passé de 9 millions de dollars à 19 millions de dollars. Cela comprenait un million de dollars pour aider la Société canadienne du cancer (Division de l'Ontario) à créer un service téléphonique gratuit à l'échelle de la province intitulé Téléassistance pour fumeurs.

Nous avons affecté 7 millions de dollars supplémentaires au développement de programmes d'éducation sur le diabète dans tout l'Ontario. Il existe actuellement 120 programmes de ce type. La stratégie ontarienne de lutte contre le diabète, qui s'adresse à plus de 600 000 personnes diagnostiquées comme diabétiques dans la province, est axée sur la promotion de l'autogestion et la prévention des complications.

Le ministère met actuellement en œuvre l'une des stratégies les plus complètes d'Amérique du Nord pour prévenir les accidents cérébrovasculaires et rééduquer les personnes qui en sont victimes. Le ministère consacre 30 millions de dollars par an à l'établissement, dans toute la province, de centres régionaux spécialisés dans les accidents cérébrovasculaires. Six centres ont été désignés en 2001-2002. En outre, l'Ontario investit dans des programmes de rééducation des victimes de tels accidents et dans des programmes visant à améliorer la prévention dans toute la province.

Nous avons augmenté le financement de notre programme Bébés en santé, enfants en santé, qui est passé de 20 millions de dollars en 1998-1999 à 67 millions de dollars en 2000-2001. Ce programme fait partie de notre engagement à long terme de mettre en place un système intégré de services efficaces pour améliorer le bien-être des enfants de l'Ontario. Dans le cadre de ce programme, tous les nouveau-nés sont examinés à l'hôpital et les familles contactées par téléphone 48 heures après la mise en congé de la mère et de l'enfant. Le programme prévoit des évaluations par des infirmières de la santé publique, met en rapport les familles et les services, et offre des visites à domicile. L'année dernière tous les nouveau-nés de parents qui ont accepté de participer au programme de dépistage ont fait l'objet d'une évaluation. Nous avons également élaboré des plans de dépistage universel de la surdité chez les enfants.

Le ministère a investi 4 millions de dollars dans la recherche, l'éducation, la prévention et la gestion de l'asthme. Nous avons également aidé à mettre en œuvre des projets pilotes sur la gestion de l'arthrite dans cinq centres de santé communautaire au cours du dernier exercice.

Soixante organismes de services liés au sida ont vu leur financement augmenter d'un million de dollars pour leur permettre d'offrir un soutien accru aux personnes qui vivent avec le VIH, à leur famille et à leurs amis, et d'augmenter leurs programmes d'éducation. En décembre 2000, 5 391 personnes qui vivent avec le VIH et 2 575 personnes faisant partie de leur famille ou de leurs amis avaient reçu l'aide d'organismes de services liés au sida financés par le ministère.


Haut de page

Engagements et stratégies clés en 2001-2002

Les dépenses de l'Ontario au titre des services et des programmes de santé atteindront la somme record de 23,5 milliards de dollars en 2001-2002, soit 1,2 milliard de plus qu'en 2000-2001. En 1995-1996, 38 pour 100 des fonds alloués aux programmes provinciaux allait aux soins de santé. Pour l'exercice à venir, ce chiffre sera de 45 pour 100.

Le gouvernement a fait des progrès considérables dans ses efforts pour moderniser et renforcer le système de santé de l'Ontario, mais la province ne peut continuer à augmenter ses dépenses de santé à ce rythme. Les autres provinces, qui doivent aussi faire face à une augmentation des coûts dans le secteur de la santé, ne le peuvent pas non plus.

L'Ontario continuera à insister auprès du gouvernement fédéral pour qu'il assume sa juste part - 50 pour 100 - de toutes les augmentations de financement des services de santé.

Malgré les besoins de réforme, nos stratégies pour 2001-2002 vont continuer à soutenir les objectifs de santé de l'Ontario, à savoir maintenir la population en bonne santé, offrir des diagnostics et des traitements précoces, assurer l'accès en temps opportun aux soins et aux traitements, et fournir des services de santé plus près du domicile des patients.

La Déclaration sur les valeurs environnementales du ministère souligne notre engagement et notre soutien continus envers la protection de l'environnement qui sont illustrés dans toutes nos décision stratégiques.

Dialogue public

Nous engagerons un dialogue public pour discuter de notre système de santé.
Le gouvernement de l'Ontario pense que des réformes fondamentales sont nécessaires pour sauver le système de santé du Canada. Nous allons entamer un vaste dialogue provincial avec le public, les patients, le personnel infirmier, les médecins, les administrateurs d'hôpitaux et quiconque s'intéresse à l'avenir du système de santé de l'Ontario. Nous voulons définir les réformes nécessaires et chercher un consensus sur la meilleure façon d'allouer les fonds consacrés à la santé.

Nous encouragerons le gouvernement fédéral à fournir des fonds adéquats, renouvelables et à long terme aux services de santé.
Nous porterons le débat sur les services de santé devant la population de l'Ontario pour entamer un dialogue ouvert sur l'avenir du système de santé. En 2001-2002, malgré l'augmentation du financement au titre du Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux, la contribution du gouvernement fédéral est inférieur à 14 pour 100 des fonds consacrés à la santé et aux dépenses sociales.

Responsabilité des fournisseurs de services de santé

Nous augmenterons l'obligation de rendre compte au sein du système de santé.
Les hôpitaux seront tenus de faire rapport sur leur performance, de présenter des plans annuels de fonctionnement et d'équilibrer chaque année leur budget. Nous ferons connaître les réalisations des établissements les plus efficients grâce aux fiches de rendement qui lient directement le financement des hôpitaux à leur performance, et nous élaborerons une charte des droits des patients pour que les gens sachent ce qu'ils sont en droit d'attendre. Nous examinerons comment les fournisseurs de services de santé, y compris les centres d'accès aux soins communautaires, peuvent améliorer leur efficacité et leur efficience.

Nous veillerons à ce que les services et les programmes soient mieux coordonnés.
Nous élaborerons des réseaux intégrés et coordonnés permettant d'accéder à une gamme de programmes et de services donnant la priorité aux patients et utilisant les ressources de façon plus efficace et plus efficiente

Nous nous engageons en particulier à ce que :

  • les hôpitaux des régions rurales et du Nord établissent des réseaux pour améliorer les services aux patients;
  • des réseaux régionaux de services d'urgence, constitués de différents fournisseurs de soins, notamment des hôpitaux, des établissements des soins de longue durée, des services d'ambulance et des CASC, soient établis dans toute la province et qu'ils se rencontrent pour débattre des problèmes qui se posent dans les salles d'urgence.

Nous allons aussi mettre en œuvre la Stratégie ontarienne de prévention des accidents cérébrovasculaires de façon à coordonner les services d'urgence des hôpitaux, les programmes de rééducation et de prévention des accidents cérébrovasculaires, et les services communautaires.

Nous poursuivrons notre politique de tolérance zéro de la fraude.
Nous maintiendrons notre association avec l'OPP pour les services d'enquête. Nous continuerons à travailler avec nos partenaires du système de santé pour tenter de trouver des façons de prévenir et de décourager la fraude. Nous nous engageons à appliquer les réformes législatives nécessaires pour réagir plus vigoureusement à la fraude et veiller à ce que les contrevenants soient comptables de leurs actions. Nous sommes déterminés à faire face au problème de l'utilisation frauduleuse des services de santé par les usagers, et nous appliquerons rigoureusement la loi.

Diagnostic et traitement précoces

Nous poursuivrons la réforme du système de soins primaires de l'Ontario.
L'objectif du Réseau Santé familiale de l'Ontario est que, d'ici la fin de l'exercice 2003-2004, 80 pour 100 des médecins de famille admissibles exercent dans plus de 600 de ces RSF. Nous augmenterons ainsi l'efficacité et l'accessibilité des soins primaires et favoriserons la collaboration entre les médecins et les autres fournisseurs de services. À cette fin, le budget de 2000 de l'Ontario prévoyait l'octroi de 100 millions de dollars pour les médecins et de 150 millions de dollars pour l'acquisition des systèmes d'information nécessaires à ces réseaux.

Nous améliorerons l'accès aux services de santé dans tout l'Ontario.
D'ici la fin de 2001, le service téléphonique gratuit Télésanté Ontario permettra à quiconque appelle en Ontario d'avoir accès à des infirmières et infirmiers autorisés expérimentés qui pourront lui donner des conseils et des renseignements et l'aiguiller vers d'autres services, jour et nuit, sept jours par semaine.

Nous utiliserons davantage la technologie de l'information pour améliorer les services de santé.
Les Systèmes intelligents pour la santé permettront d'établir un « système nerveux numérique » qui reliera les uns aux autres les fournisseurs de services de santé. Grâce à un réseau d'information protégé, les fournisseurs de services de santé seront en mesure d'accéder rapidement aux renseignements médicaux s'il y sont autorisés et que cela est nécessaire pour traiter les patients. Ceci améliorera le service et, donc, la santé des Ontariennes et Ontariens. Ainsi, le Système d'information de laboratoire de l'Ontario permettra aux médecins d'accéder rapidement aux résultats d'analyse de leurs patients.

Des services plus près de chez soi

Nous continuerons à élaborer des services qui répondent aux besoins d'une population croissante et vieillissante.
Nous continuerons d'augmenter le nombre de lits de soins de longue durée pour que les personnes âgées puissent bénéficier de soins en milieu communautaire et améliorer la qualité de vie dans les maisons de soins infirmiers et les foyers pour personnes âgées. Nous nous engageons à tenir notre promesse de créer 20 000 lits d'ici 2004 et d'en réaménager 16 000 d'ici 2006.

Nous veillerons à ce que les ressources soient mieux réparties pour répondre à l'évolution des besoins.
En réponse au rapport du Comité d'experts sur les professionnels de la santé, nous travaillons à augmenter les effectifs de médecins en Ontario. Nous nous sommes engagés à créer une école de médecine dans le Nord avec un site principal à l'Université Laurentienne, à Sudbury, et un campus de formation clinique à l'Université Lakehead, à Thunder Bay. Les effectifs des écoles de médecine seront augmentés puisque nous offrirons jusqu'à 120 places de plus dans toute la province au cours des deux prochains exercices, et jusqu'à 25 postes de formation postuniversitaire seront ajoutés dans les collectivités rurales et du Nord à compter de 2002. Nous demanderons à nos partenaires - médecins, personnel infirmier, patients et administrateurs - de nous aider à trouver les meilleurs moyens de continuer à dispenser des services de santé de qualité.

Nous élargirons et renforcerons les services communautaires.
Le gouvernement de l'Ontario a annoncé dans son budget de 2001 qu'il affectait 26,4 millions de dollars supplémentaires sur trois ans à l'amélioration des locaux des organismes communautaires de santé mentale. Il prévoit aussi l'octroi de 20 millions de dollars aux centres de traitement pour enfants et s'engage à dépenser 15 millions de dollars par an pour briser le cycle de la prostitution chez les jeunes.

Garder la population en bonne santé

Nous continuerons à insister sur la promotion de la santé publique.
Forts de notre réussite de l'an dernier, nous offrirons de nouveau le vaccin antigrippal gratuit aux résidents de l'Ontario. Nous poursuivrons nos efforts pour réduire la pression dans les salles d'urgence, particulièrement pendant les périodes de pointe, en automne et en hiver. Nous avons renouvelé nos efforts pour promouvoir l'adoption de modes de vie plus sains avec la Stratégie antitabac de l'Ontario qui a porté essentiellement sur l'éducation du public, la désaccoutumance au tabac et la prévention de l'usage du tabac chez les jeunes.


Haut de page

Mesures clés d'évaluation de la performance

Les mesures d'évaluation de la responsabilité et de la performance sont au premier rang des préoccupations du gouvernement. Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée ne perd pas de vue ses objectifs qui sont d'améliorer le système de santé. En liant l'efficacité des services à la mesure de la performance, le ministère peut juger si ses réformes donnent de bons résultats. Les mesures d'évaluation de la performance aident également le ministère à planifier la viabilité du système de santé.

Activité de base : Santé publique, promotion de la santé et mieux-être
Protéger, promouvoir et améliorer la santé; préserver l'autonomie; prévenir ou retarder les maladies, les blessures et les décès prématurés des Ontariennes et Ontariens à toutes les étapes de leur vie.
Les mesures issues des secteurs de programme qui relèvent de cette activité de base portent essentiellement sur la promotion de la santé et la prévention des maladies.
Mesures Objectifs / normes Engagements 2001-2002
Faciliter l'accès aux mesures de soutien et aux services offerts aux familles ayant des enfants de 0 à six ans. 100 % des nouveau-nés sont examinés pendant la période post-partum pour dépister tout facteur de risque pour leur développement.

D'ici 2003, 100 % des familles sont adressées au programme Bébés en santé, entants en santé (BSES) et celles qui ont besoin de mesures de soutien supplémentaires sont adressées à des services communautaires.

100 % des familles à risque élevé reçoivent des visites à domicile du programme BSES.

100 % des nouveau-nés seront examinés pendant la période post-partum pour dépister tout facteur de risque pour leur développement.

75 % des familles adressées au programme BSES et celles qui ont besoin de mesures de soutien supplémentaires seront adressées à des services communautaires.

100 % des familles à risque élevé recevront des visites à domicile du programme BSES.

Prévention des maladies infectieuses, comme l'indiquent :
- les taux de vaccination des enfants d'âge scolaire contre la diphtérie, la coqueluche, la polio, le tétanos, la rougeole, les oreillons et la rubéole;
- les taux de vaccination contre la grippe des pensionnaires et du personnel des établissements de soins de longue durée et des hôpitaux.
Les taux de vaccination des enfants d'âge scolaire contre la diphtérie, la coqueluche, la polio, le tétanos, la rougeole, les oreillons et la rubéole atteignent 95 % d'ici 2005.
Les taux de vaccination contre la grippe dans les établissements de soins de longue durée atteignent 95 % d'ici 2005.
Les taux de vaccination des enfants d'âge scolaire contre la diphtérie, la coqueluche, la polio, le tétanos, la rougeole, les oreillons et la rubéole atteindront 85 %.

Les taux de vaccination contre la grippe des pensionnaires des établissements de soins de longue durée atteindront 95 %, et ceux du personnel 90 %.

Les taux de vaccination contre la grippe du personnel des hôpitaux atteindront 70 %.

Réduction de l'usage du tabac chez les adultes, comme l'indique le pourcentage d'adultes qui fument. Le pourcentage d'adultes qui fument est réduit de 4 % d'ici 2010 - passant de 21 % à 17 %. Dans le cadre de la Stratégie antitabac de l'Ontario, quatre initiatives seront lancées pour encourager les adultes à cesser de fumer :
- une campagne généralisée dans les médias;
- un service d'assistance téléphonique sans frais pour aider les gens à cesser de fumer;
- une intervention clinique sur le tabac pour les professionnels de la santé;
- un concours avec remise de prix aux participants qui cessent de fumer.


Activité de base : Assurance-santé de l'Ontario
Améliorer l'état de santé de la population de l'Ontario qui a accès à des services de santé de qualité et durables.
L'un des secteurs clés de cette activité de base concerne la mise en place des réseaux Santé familiale de l'Ontario.
Les mesures concernant la création des réseaux Santé familiale donnent une indication des progrès réalisés dans cette activité de base par rapport à l'objectif à long terme.
Mesures Objectifs / normes Engagements 2001-2002
Création des réseaux Santé familiale de l'Ontario.

Pourcentage de médecins de famille qui reçoivent une rémunération par patient au lieu d'un paiement à l'acte.

Expansion des réseaux Santé familiale de l'Ontario pour tenter d'obtenir la participation volontaire de 80 % des médecins admissibles d'ici la fin de l'exercice 2003-2004, conformément à l'accord passé en 2000 entre l'OMA et le gouvernement.

Jusqu'à 640 réseaux Santé familiale seront créés d'ici la fin de l'exercice 2003-2004.

Jusqu'à 9,6 millions de patients inscrits d'ici la fin de l'exercice 2003-2004.
Jusqu'à 12,5 % des médecins de famille admissibles acceptent de participer aux réseaux Santé familiale.

Création de 100 réseaux Santé familiale.



Activité de base : Programmes intégrés de soins de santé
Réglementer et financer les hôpitaux de soins actifs, les hôpitaux psychiatriques provinciaux, les établissements de soins de longue durée, les centres d'accès aux soins communautaires (CASC) et les services communautaires pour prévoir les besoins changeants de la population de l'Ontario, et mettre en place les services et la technologie appropriés dont les Ontariennes et Ontariens auront besoin, pendant toute leur vie, près de chez eux et dans la collectivité de leur choix.
Les mesures issues des secteurs de programme qui relèvent de cette activité de base concernent essentiellement les centres d'accès aux soins communautaires, l'initiative d'aide aux sans-abri, les soins aux patients atteints de cancer, le Projet de réaménagement des soins de longue durée, les établissements de soins de longue durée et la mise en œuvre des recommandations du Groupe de travail sur les soins infirmiers.
Mesures Objectifs / normes Engagements 2001-2002
Enfants adressés aux CASC pour recevoir des services dispensés à l'école :
Pourcentage d'enfants ayant des problèmes de santé ou des handicaps physiques qui sont en mesure d'aller à l'école grâce aux services dispensés dans les systèmes scolaires public et privé, et d'enseignement à domicile.
100 % des enfants qui satisfont aux critères d'admissibilité reçoivent des services dans les systèmes scolaires public et privé, et d'enseignement à domicile. 100 % des candidats admissibles.
Augmentation du nombre de logements réservés aux personnes atteintes d'une maladie mentale grave qui sont sans abri ou risquent de l'être, comme l'indique l'offre de 3 600 logements. 100 % (acquisition de 3 600 logements d'ici 2003). Un total cumulé de 2 280 logements seront acquis.
Les taux de survie au cancer de la population de l'Ontario sont équivalents à la moyenne nationale et à la moyenne des É.-U., comme l'indiquent :
- les taux de survie mesurés à cinq ans d'intervalle;
- le pourcentage de patients qui reçoivent des soins à l'extérieur de la province par rapport à ceux qui sont soignés dans la province.

Pas de changement prévu.

Diminuer de 10 % par an le nombre de personnes qui reçoivent des services à l'extérieur de l'Ontario (le nombre total de patients traités à l'extérieur de la province devrait baisser de 500 patients en cinq ans).
Pas de changement prévu.

10 % de réduction (100 patients).

Lits de soins de longue durée :
Pensionnaires d'établissements de soins de longue durée qui reçoivent des soins, des programmes et des services de qualité dans un milieu sûr, de type familial, conformément aux lois, règlements, normes et politiques provinciales, comme l'indiquent :
- les résultats des inspections de conformité annuelles;
- le réaménagement des lits non conformes (lits de catégorie « D ») pour qu'ils satisfassent ou dépassent les normes actuelles.
Nombre suffisant de lits de soins de longue durée pour permettre aux résidents de l'Ontario d'entrer dans l'établissement de leur choix, comme l'indiquent :
- le nombre total de lits;
- le nombre de lits par tranche de 1 000 personnes de plus de 75 ans.
100 % des établissements sont inspectés une fois par an.

Moins de 1 % des établissements sont rappelés à l'ordre au cours d'un exercice.

100 % des lits « D » sont réaménagés d'ici 2006 (c.-à-d. 15 858 lits)

35 % d'augmentation du nombre total de lits d'ici 2004 (c.-à-d. 20 000 nouveaux lits).

Le rapport entre le nombre de lits et les utilisateurs atteint un sommet en 2004-2005, puis décline à mesure qu'augmentera le groupe des personnes de plus de 75 ans.
100 % des établissements de soins de longue durée seront inspectés.

Moins de 1 % des établissements de soins de longue durée seront rappelés à l'ordre.

Un total cumulé de 2 148 lits « D » seront réaménagés (c.-à-d. 13,5 % du total des lits « D »).

Un total cumulé de 6 127 lits de soins de longue durée seront créés (c.-à-d. 30,6 % de tous les nouveaux lits).

Présenter les données pour 2001-2002 et les progrès vers l'objectif visé.
Nombre de recommandations du Groupe de travail sur les soins infirmiers mises en œuvre. Progrès effectués en réponse aux huit recommandations. Continuera à travailler à la réalisation des huit recommandations en collaboration avec les parties intéressées.


Activité de base : Politiques et recherche dans le domaine de la santé
Répondre aux besoins d'une population croissante, changeante et vieillissante; assurer la prestation ininterrompue de services de santé dans toute la province; renouveler l'obligation de rendre compte; améliorer l'efficacité et l'efficience et assurer la viabilité du système de santé; améliorer l'accès régional à des services professionnels appropriés dans toutes les collectivités de la province; et favoriser l'établissement de normes professionnelles et améliorer la sécurité des patients.
Les mesures issues des secteurs de programme qui relèvent de cette activité de base portent essentiellement sur l'élaboration de politiques pour répondre aux besoins d'une population croissante, changeante et vieillissante. Les activités de planification continues, comme le programme de formation clinique, ont pour objectif d'améliorer la disponibilité et la répartition des professionnels de la santé afin de faciliter l'accès régional à des services professionnels appropriés dans toutes les collectivités de la province. Ensemble, ces mesures donnent une indication des progrès réalisés dans cette activité de base par rapport à l'objectif à long terme.
Mesures Objectifs / normes Engagements 2001-2002
Évaluation, par la population de l'Ontario, de la qualité, de la disponibilité et de l'accessibilité des services de santé reçus. Les notes de l'Ontario sont supérieures aux moyennes nationales correspondantes. Les notes atteindront ou dépasseront les moyennes nationales.
Nombre de généralistes et de spécialistes dans l'ensemble de la province et dans les régions insuffisamment desservies. Accroître/maintenir le nombre des quelque 20 000 généralistes et spécialistes répartis dans l'ensemble de la province et dans les régions où il y a moins de médecins par habitant que la moyenne provinciale.

Augmenter le nombre de mois de formation médicale effectués en région rurale et dans le Nord par les futurs médecins.

575 médecins avec de nouveaux numéros de facturation exerceront en Ontario.

50 stagiaires suivront une formation médicale dans des régions et des spécialités insuffisamment desservies pour répondre aux besoins en médecins à court terme.

320 étudiants en médecine et internes recevront une formation dans des régions rurales ou du Nord pour les encourager à exercer plus tard dans des régions insuffisamment desservies.

 


Haut de page

Données réelles provisoires sur les dépenses du ministère par activité de base en 2000-2001*


Ministère de la Santé et des Soins de longue durée
Fonctionnement**   -   22 277 millions de $
Immobilisations   -   211 millions de $
Dépenses exceptionnelles
(immobilisations)   -   140 millions de $
(fonctionnement)   -   486 millions de $
6 610 employés
 
Santé publique, promotion de la santé et mieux-être
Fonctionnement   -   1 375 millions de $

Immobilisations   -   8 millions de $

620 employés
  Programmes intégrés de soins de santé
Fonctionnement**   -   12 587 millions de $
Immobilisations   -   343 millions de $
3 205 employés
Promotion de la santé et prévention de la maladie
Services intégrés pour les enfants
Services de santé communautaire
Santé publique
Services de santé d'urgence
  Programmes intégrés de soins de santé
Établissements de santé mentale
Restructuration des hôpitaux
 
Assurance-santé de l'Ontario
Fonctionnement   -   7 865 millions de $
1 820 employés
  Politiques et recherche dans le domaine de la santé
Fonctionnement   -   309 millions de $
180 employés
Assurance-santé de l'Ontario
Programmes de médicaments
Services de laboratoire
Programme d'appareils et d'accessoires fonctionnels
  Politiques et recherche dans le domaine de la santé
 
Administration interne
Fonctionnement   -   141 millions de $
785 employés
Administration du ministère
Commission ontarienne d'examen
Systèmes intelligents pour la santé et gestion des connaissances
 
Remarque :   Le nombre d'employés représente des équivalents temps plein au 31 mars 2001.

*Selon la méthode comptable du CCSP (Conseil sur la comptabilité dans le secteur public).
** Exclut les coûts de restructuration des services de santé et les principales dépenses exceptionnelles.


Haut de page

Plan des affectations 2001-2002 approuvées par le ministère par activité de base*


Ministère de la Santé et des Soins de longue durée
Fonctionnement**   -   23 486 millions de $
Immobilisations   -   200 millions de $
Dépenses exceptionnelles (fonctionnement)   -   190 millions de $
4 460 employés ***
 
Santé publique, promotion de la santé et mieux-être
Fonctionnement   -   1 408 millions de $
Immobilisations   -   9 millions de $
560 employés
  Programmes intégrés de soins de santé
Fonctionnement **   -   13 175 millions de $
Immobilisations   -   191 millions de $
1 110 employés
Promotion de la santé et prévention de la maladie
Services intégrés pour les enfants
Services de santé communautaire
Santé publique
Services de santé d'urgence
  Programmes intégrés de soins de santé
Établissements de santé mentale
Restructuration des hôpitaux
 
Assurance-santé de l'Ontario
Fonctionnement   -   8 430 millions de $
1 825 employés
  Politiques et recherche dans le domaine de la santé
Fonctionnement   -   344 millions de $
175 employés
Assurance-santé de l'Ontario
Programmes de médicaments
Services de laboratoire
Programme d'appareils et d'accessoires fonctionnels
  Politiques et recherche dans le domaine de la santé
 
Administration interne
Fonctionnement   -   129 millions de $
790 employés
Administration du ministère
Commission ontarienne d'examen
Gestion des systèmes intelligents et des connaissances
 
* Selon la méthode comptable du CCSP (Conseil sur la comptabilité dans le secteur public).
** Exclut les coûts de restructuration des services de santé et les principales dépenses exceptionnelles.
*** Reflète le calendrier de mise en œuvre des décisions de dessainissement de la Commission de restructuration des services de santé en ce qui concerne les hôpitaux psychiatriques de la province.

Haut de page

ISBN 0-7794-1191-9

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154
(Appels sans frais en Ontario seulement)
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559.
À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h

Les médias peuvent s'adresser à la Direction des communications et de l'information, au 416 314 6197, ou consulter la section Salle de presse.