Annonces du ministère

Mise à jour : Intégration du système de santé

27 janvier 2017

Chers collègues,

Nous sommes heureux de partager cette mise à jour sur le travail soutenu par la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients. Vous trouverez également cette mise à jour archivée en cliquant sur ce lien. Certaines réponses qui se trouvent dans la foire aux questions accessible en cliquant sur ce lien pourraient aussi vous intéresser.

Des courriels comme celui-ci vous seront transmis régulièrement afin de vous donner de l'information et des mises à jour, que vous pourrez partager avec les membres de votre personnel, les intervenants locaux et autres intervenants et collègues.

Mise en oeuvre des soins de santé nécessaires aujourd’hui et planification pour demain

Dans un article paru dans l'édition du 16 janvier du magazine New Yorker et intitulé Heroism of Incremental Care, le Dr Atul Gawande décrit ce qu'il appelle l'héroïsme des soins complémentaires et milite pour que l'accent soit désormais mis sur les soins primaires communautaires plutôt que sur la médecine hospitalière dans les systèmes de santé occidentaux.

À l'aide d'exemples tirés de sa propre carrière d'éminent chirurgien du cancer, le Dr Gawande explique comment nous avons bâti des hôpitaux outillés de technologies de pointe qui excellent dans le traitement urgent des traumatismes, des infarctus, du cancer et d'autres problèmes aigus selon le mode « trouver le problème et y remédier ». Cependant, selon le Dr Gawande, la prochaine génération d'avancées médicales se fondera sur l'observation à long terme, les rajustements de médicaments et de traitements, les conseils visant à modifier le comportement des gens ayant des maladies chroniques, et la prestation de services sociaux et médicaux qui permettent aux personnes âgées et de santé fragile de vivre dans la dignité.

Le Dr Gawande décrit les changements nécessaires aux systèmes de santé que plusieurs collectivités publiques dans le monde cherchent à concrétiser, y compris celles que le plan d'action Priorité aux patients réalisera en Ontario. La Loi de 2016 donnant la priorité aux patients et le travail qu'elle favorise sont d'importants pas en avant dans le déploiement de ce plan. L'Ontario excelle à offrir des soins de qualité supérieure dans un système hospitalier rentable. Cependant, comme le souligne le Dr Gawande, le véritable défi pour améliorer notre système se trouve à l'extérieur des murs des hôpitaux.

Le système que le Dr Gawande décrit et que la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients met en oeuvre repose sur une fondation solide de soins primaires. Cette approche est défendue depuis longtemps par les intervenants de soins primaires ontariens. Chaque Ontarienne et Ontarien devrait pouvoir forger une relation avec un fournisseur de soins primaires pour profiter de conseils sur la santé et de conseils à long terme, ainsi que d'un accès rapide (au sein d'un modèle d'imputabilité des groupes) lorsque le patient est malade. Non seulement ce fournisseur de soins primaires est accessible en cas de maladie, mais il sait aussi reconnaître et enseigner les comportements nécessaires pour prévenir et traiter les maladies chroniques.

Des soins primaires efficaces exigent l'intégration des services à l'extérieur des cliniques ou des hôpitaux : pour la santé mentale et la lutte contre les dépendances, les services à domicile pour les aînés de santé fragile ou ayant des troubles cognitifs, et les services de réadaptation qui préviennent la douleur à risque et le risque qu'elle entraîne une dépendance aux opioïdes. Actuellement, les services communautaires de l'Ontario ont tendance à être cloisonnés et les patients peuvent avoir de la difficulté à s'y retrouver. La Loi de 2016 donnant la priorité aux patients reconnaît la complexité de l'organisation de ces services communautaires et l'importance d'établir des liens solides avec les soins primaires. L'intégration efficace des services exige un point unique uniforme de responsabilisation et la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients reconfirme que ce rôle d'organisation repose sur les réseaux locaux d'intégration des services de santé (RLISS).

Les RLISS auront la responsabilité d'organiser et de gérer les services à domicile et en milieu communautaire les services de santé mentale dans la collectivité et la planification des soins primaires. Afin de créer des communautés de pratique logiques et sensées pour les soins primaires et les soins à domicile et en milieu communautaire, les RLISS ont divisé leur territoire en quatre à sept sous-régions comme point de départ pour la planification. Dans la perspective de chaque sous-région, tous les fournisseurs comprendront comment accéder à l'ensemble de leurs services communautaires locaux. Le RLISS planifiera les soins à l'aide de cette perspective régionale et les dirigeants des soins cliniques du RLISS s'assureront que les citoyens aient plus facilement accès à des services primaires et communautaires. Cela signifie que les patients n'auront plus à chercher un médecin de famille ou du personnel infirmier praticien par eux-mêmes. Les médecins de famille et le personnel infirmier praticien auront le soutien dont ils ont besoin pour guider efficacement leurs patients vers les soins adéquats au moment opportun pour eux - qu'il s'agisse d'un spécialiste, d'un préposé aux services de soutien à la personne ou d'un programme d'éducation sur le diabète.

Nous créons aussi un lien plus étroit entre les experts de la santé publique et les RLISS. Cette relation plus solide aidera à garantir des services équitables pour aborder les besoins en santé de la population. Finalement, les nouveaux RLISS seront responsables d'améliorer les soins primaires et communautaires pour les Autochtones de l'Ontario et de veiller à offrir des services en français à la population francophone de la province. Toute la planification sera orientée par les conseils des comités consultatifs des patients et des familles afin de garantir que la voix des patients en est à l'avant et au centre.

Afin de favoriser les soins complémentaires auxquels renvoie le Dr Gawande, la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients apporte des changements qui se répercuteront sur de nombreux fournisseurs de soins de santé, surtout ceux qui travaillent dans les CASC. Cependant, ils ont beaucoup participé à la planification. Le professionnalisme et l’engagement du personnel des CASC et des fournisseurs de soins à domicile dans la collectivité ont été admirables tout au long de ce processus.

Le changement est difficile. Mais si notre objectif est de véritablement donner la priorité aux patients, ne pas s'adapter à un environnement changeant n'est pas une option. Les critiques ont prétendu que le coût de l'administration augmentera. En fait, la fusion des CASC dans les RLISS réduira les coûts de gestion de 8 pour cent. Le gouvernement a consulté le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée, et celui-ci est convaincu que la loi protège la confidentialité des patients convenablement.

Qu’en est-il des préoccupations que les médecins vont perdre leur liberté d’exercice et avoir un fardeau administratif accru? La mise en œuvre de la loi exigerait simplement que les médecins signalent des changements importants (comme un congé prolongé ou un départ en retraite) à leurs patients et au RLISS, afin que des plans puissent être faits au besoin pour garantir qu’il n’y ait pas d’interruption dans les soins aux patients.

La population ontarienne devrait être fière que nos hôpitaux prodiguent des soins excellents et rentables. Cependant, comme le souligne à juste titre le Dr Gawande, le reste de notre système a besoin que nous lui accordions notre attention immédiate. Les soins à domicile et en milieu communautaire doivent être plus accessibles, normalisés et compréhensibles pour les Ontariennes et Ontariens. Les services de santé mentale doivent être plus accessibles et les services de réadaptation communautaires doivent être renforcés. Nous devons mieux comprendre les enjeux en santé de la population dans les régions locales et devons améliorer l'équité de la distribution des services de santé, en particulier pour les Ontariennes et Ontariens autochtones et francophones. Finalement, nous devons accroître l'accès à des soins primaires complets. Dans son essai éloquent, le Dr Gawande a décrit les changements dans les systèmes de santé qui sont nécessaires pour préparer l'avenir. L'Ontario se prépare à exécuter aujourd'hui ces changements pour nos patients.

Mises à jour sur la mise en œuvre

Mises à jour sur la mise en oeuvre

Les partenaires de l'ensemble du système de santé collaborent au travail soutenu par la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients.

Afin de superviser la planification de la mise en oeuvre, un comité directeur a été créé avec le ministère de la Santé et des Soins de longue durée (ministère) et les hauts dirigeants des RLISS. Le ministère rencontre aussi régulièrement les présidents des conseils d'administration des RLISS, les directeurs généraux des CASC, les présidents des conseils d'administration des CASC et des conseillers externes afin d'obtenir leurs observations utiles. Le ministère, les RLISS et les CASC communiquent ensemble régulièrement et collaborent avec l'ensemble des partenaires locaux en santé.

La mise en œuvre se concentre à garantir une transition harmonieuse de la prestation et de la gestion des services de soins à domicile et en milieu communautaire des CASC aux RLISS grâce à une planification en collaboration de ce projet, axée sur la continuité des soins et à un partenariat plus grand.

Voici certains domaines où un accent particulier est mis :

Les RLISS seront appuyés alors qu'ils renforcent leur capacité pour entreprendre avec succès leur rôle accru au sein du système de santé. Cela inclut le fait d'intégrer les dirigeants des soins cliniques dans les RLISS afin de soutenir une meilleure planification et une meilleure intégration des soins aux patients à l'échelle locale et de travailler à une transition réussie des services et du personnel de soins à domicile et en milieu communautaire des CASC aux RLISS.

Actuellement, notre principale priorité est la collaboration entre le ministère, les RLISS, les CASC et les partenaires de la santé concernant la planification de la capacité et de l'état de préparation et les activités pour préparer une transition harmonieuse et unifiée. Les évaluations de l'état de préparation et le renforcement de la capacité sont en cours dans tous les RLISS afin d'orienter une transition par étape vers les nouveaux RLISS au printemps et à l'été 2017.

Le ministère travaille également avec les conseils consultatifs des patients et des familles de tout l'Ontario pour recueillir leur avis et tirer profit des pratiques exemplaires existantes afin d'accroître les activités de mobilisation des patients et de favoriser la création de conseils consultatifs des patients et des familles dans tous les RLISS. Certaines rencontres sont déjà prévues, mais nous vous invitons à communiquer avec nous au moyen de cette adresse courriel si vous pensez que nous devrions rencontrer un groupe particulier.

Ce que FERA le travail appuyé par la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients :

  1. Il réduira les coûts de gestion de 8 pour cent. Ces économies seront réinvesties dans la prestation de davantage de soins.
  2. Il éliminera un niveau administratif en procédant à la réduction progressive des activités des CASC et en transférant les travailleurs de première ligne aux RLISS.
  3. La population ontarienne continuera de pouvoir choisir librement son médecin. Accéder à un fournisseur de soins primaire plus près de chez soi sera plus facile grâce à un numéro de téléphone unique.
  4. La planification des soins primaires et des soins à domicile et en milieu communautaire avec une perspective sous-régionale (par collectivité) permettra aux médecins de famille et au personnel infirmier praticien de mieux naviguer pour leurs patients parmi les services.
  5. Le plan d’action de l’Ontario Priorité aux patients : Plan d'action en matière de soins de santé met l’accent sur l’accès aux services de santé. Cela comprend les soins primaires complets et holistiques que défendent les intervenants de soins primaires ontariens. Les nouveaux médecins et les médecins actuellement payés à l'acte seront encouragés à offrir à leurs patients ce type de soins. Nous recrutons 480 nouveaux médecins de famille annuellement afin d'offrir les soins continus et basés sur une relation qui, selon les preuves, améliorent la qualité de vie, prolongent l'espérance de vie et préviennent les maladies chroniques.
  6. En planifiant les services à l'échelle communautaire au moyen d'une perspective sous-régionale, les médecins de famille et le personnel infirmier praticien pourront mieux aiguiller leurs patients vers des services de spécialistes et des services de réadaptation et de santé mentale en milieu communautaire.
  7.  L'ajout de spécialistes de la santé publique à la table de planification du RLISS permettra une meilleure coordination et une meilleure compréhension des besoins en santé de la population au sein chaque collectivité.
  8. La planification des soins primaires et des services à domicile et en milieu communautaire accordera une attention particulière aux besoins de la population ontarienne autochtone et francophone. La population ontarienne autochtone, la population ontarienne francophone, les dirigeants communautaires et les fournisseurs de soins de santé collaborent avec nous afin de garantir que les services de santé sont culturellement adaptés et respectent les principes de la réconciliation.
  9. Grâce à l'évaluation de la capacité des ressources en santé des différentes sous-régions, nous nous assurerons que les investissements sont concentrés là où les besoins sont les plus grands afin d'améliorer l'équité en matière de santé pour l'ensemble des citoyens.
  10.  Le déploiement de ces changements concrétisera le triple objectif suivant : améliorer l'expérience du patient, améliorer la santé générale de toute la population et améliorer la viabilité et la rentabilité de notre système financé par les deniers publics.

Ce que NE FERA PAS le travail appuyé par la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients :

  1. Il n’augmentera pas la bureaucratie. C’est tout le contraire. Il élimine un niveau administratif au sein des CASC et diminue les coûts de gestion de 8 pour cent.
  2. Il ne met pas la confidentialité des renseignements personnels sur la santé en danger. Le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée a fourni des conseils et des recommandations afin de modifier le projet de loi. Ces modifications y ont été apportées et le commissaire est convaincu que les renseignements sur la santé sont désormais protégés de façon convenable.
  3. Cela ne signifie pas que les médecins devront passer plus de temps à faire des tâches administratives ou à remplir des formulaires. Cela veut simplement dire que les patients et les RLISS devraient être informés si un médecin ferme son cabinet pour une absence prolongée ou parce qu'il prend sa retraite.
  4. Cela ne veut pas dire que les Ontariennes et les Ontariens devront changer de médecin ou de fournisseur de soins à domicile. La planification régionale des RLISS rendra les services plus compréhensibles et accessibles. Si un patient souhaite quitter sa collectivité pour obtenir des soins, c'est son droit.
  5. Cela ne veut pas dire que les hôpitaux recevront moins de financement. Les dirigeants d'hôpitaux réalisent que ces changements les aideront à fournir des services plus efficaces, puisque des services communautaires plus forts réduiront en partie la demande pour des soins de courte durée à l'hôpital. Les ressources seront déployées plus efficacement.
  6. Cela ne veut pas dire que la planification des services de santé sera centralisée au ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Toute la planification des soins sera orientée par les comités consultatifs des patients et des familles et les dirigeants des soins cliniques de chaque RLISS, et se fondera sur les besoins et des modèles de soins particuliers de chaque collectivité.

D'autres mises à jour seront proposées

Vous pouvez vous attendre à recevoir des mises à jour régulières comme celle-ci au fur et à mesure que nous progressons ensemble.

Vous entendrez aussi parler de nous bientôt concernant notre prochain webinaire, qui devrait se dérouler en février. Cela représentera une autre occasion de partager des mises à jour et de poser des questions.

Restons donc en contact.

Nous souhaitons recevoir vos commentaires et nous voulons vous transmettre l'information dont vous avez besoin. Si vous avez des questions ou des commentaires, veuillez envoyer un courriel à patientsfirst@ontario.ca.

Si vous souhaitez faire partie de notre liste de diffusion et recevoir ces mises à jour, veuillez envoyer un courriel à patientsfirst@ontario.ca.

Pour en savoir plus
Courriel : patientsfirst@ontario.ca