Salle de presse

Discours

Annonce de l'expansion de la Stratégie de santé mentale et de lutte contre les dépendances

L’honorable Eric Hoskins
Ministre de la Santé et des Soins de longue durée

Date et heure : 25 novembre 2014, 9 h 15

Lieu : LOFT Supportive Housing, Toronto

Merci pour cette aimable présentation.

C'est un plaisir d'être ici avec ma collègue du Conseil des ministres, Tracy Charles, pour faire une annonce importante sur la prochaine phase de notre Stratégie globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances dont le calendrier d'exécution est de dix ans.

Nous sommes reconnaissants aux LOFT Community Services de nous accueillir aujourd'hui.

Le logement occupe une place importante dans notre stratégie. Vous connaissez peut-être le modèle Priorité au logement qui donne au logement supervisé un rôle fondamental dans le traitement des problèmes de santé mentale et de dépendance, et qui aide à faire en sorte que chaque personne, peu importe ses défis, fasse partie intégrante de la communauté.

Ici, aux services LOFT, les gens peuvent reprendre leur vie en main, faire partie de la communauté, accéder à des soins et à du soutien, et surtout, se sentir chez eux.

Nous remercions sincèrement toutes les personnes qui travaillent aux services LOFT de nous accueillir aujourd'hui, et pour le magnifique travail qu'elles font pour leur communauté.

En tant que professionnel de la santé, j'ai constaté par moi-même l'effet que la maladie mentale et les dépendances peuvent avoir non seulement sur la personne, mais aussi sa famille, ses amis et la communauté.

On m'a récemment parlé d'un jeune homme qui a commencé à avoir des problèmes mentaux à 17 ans et dont le cas s'est aggravé quand il est allé à l'université.

La police est intervenue et il a été hospitalisé. Sa famille s'est sentie perdue entre le système judiciaire et le système de santé.

Je suis fier de dire que nous avons fait beaucoup de progrès ces trois dernières années à l'égard des personnes comme ce jeune homme. Tracy vous dira dans un instant ce que nous avons accompli pendant ces trois années. Je tiens aussi à souligner les énormes contributions de la ministre Deb Matthews, qui a non seulement lancé la stratégie il y a trois ans, mais a aussi veillé à ce que la santé mentale demeure au premier plan du travail qu'elle continue de faire dans le cadre de la Stratégie de réduction de la pauvreté.

Notre gouvernement accorde la priorité à la santé mentale et veille à ce que tous les Ontariens et Ontariennes aient accès au soutien nécessaire pour mener une vie saine. Aujourd'hui, je suis fier d'annoncer la deuxième phase de la Stratégie globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances, Esprit ouvert, esprit sain.

Quinze ministères se sont regroupés pour concevoir la deuxième phase de cette stratégie. Elle misera sur le succès de la première phase et mettra l'accent sur les lacunes qui restent dans notre système de la santé mentale et de traitement de la toxicomanie. Au cours de la deuxième phase, nous élargissons la stratégie afin d'intégrer le système de la santé mentale et de traitement de la toxicomanie. La deuxième phase mettra un accent particulier sur les liens entre les deux systèmes. Trop de jeunes gens tombent entre les mailles du filet pendant la transition entre l'adolescence et la vie d'adulte, quand ils accèdent à de nouveaux fournisseurs de services, lorsqu'ils travaillent pour finir leurs études et trouver un emploi.

Il ne peut pas y avoir de point unique d'accès pour les personnes qui ont besoin d'aide et de traitement de leurs problèmes mentaux; il ne peut pas y avoir de « mauvaise porte ». Que ce soit le médecin de famille, un organisme communautaire oeuvrant dans le domaine de la santé mentale et du traitement de la toxicomanie, l'école ou le travail, chaque partenaire doit avoir la capacité de fournir l'aide nécessaire.

Le moment est venu d'élargir notre stratégie, parce que je pense réellement que c'est une des plus importantes questions de justice sociale de notre époque. Nous avons la volonté, les connaissances et l'occasion unique de transformer réellement la façon dont nous traitons les personnes ayant une maladie mentale et des dépendances.

À l'instar du cancer et d'autres maladies chroniques courantes, la maladie mentale touche toute la population ontarienne, quoique seulement 20 % des gens présentent une maladie mentale ou de la toxicomanie au cours de leur vie. L'effet de la maladie mentale sur les amis, la famille et les dispensateurs de soins nous touche tous.

Nous devons arrêter de considérer la santé mentale et la toxicomanie comme des questions de soins uniquement. Elles ont des incidences sur notre économie, notre système d'éducation et notre système judiciaire. En tant que gouvernement et société, nous devons nous mobiliser pour favoriser la santé mentale et lutter contre la toxicomanie.

Quand quelqu'un a une maladie mentale ou une dépendance, son cas ne concerne pas seulement le système de soins; notre plan ne peut donc pas viser uniquement la santé.

Ce plan appelle tous les secteurs ayant un intérêt dans la santé mentale à prendre la responsabilité de relever ce défi.

C'est un plan qui améliorera l'accès, la qualité et la valeur.

C'est un plan qui sera utile pour nos autres priorités : le Plan d'action en matière de soins de santé, la Stratégie ontarienne de réduction de la pauvreté, la Stratégie à long terme de logement abordable et la Réussite des élèves.

La deuxième phase de la Stratégie de santé mentale de notre gouvernement repose sur cinq priorités sur lesquelles nous concentrerons nos activités afin d'effectuer un changement réel pour tous les Ontariens et Ontariennes.

Et pour vraiment réaliser ces priorités, je suis fier d'annoncer la création du Conseil consultatif pour le leadership en santé mentale et en lutte contre les dépendances, constitué d'experts du secteur de la santé mentale et de la communauté.

Conseil du leadership

Le Conseil, doté d'un mandat de trois ans, fournira des conseils sur l'évolution, les priorités et les investissements de la stratégie. J'ai le plaisir d'annoncer que Susan Pigott a accepté de le présider et que nous aurons de ses nouvelles prochainement.

Vous aurez la liste complète des membres du Conseil après l'annonce, mais j'ai maintenant le plaisir de présenter et de remercier certains membres qui sont ici aujourd'hui.

Le Conseil compte des chefs de file de différents secteurs qui servent les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de dépendance, et surtout, des personnes qui ont traversé leurs propres problèmes en ces domaines.

Je me réjouis d'avance de travailler avec Susan et le Conseil pour mettre en oeuvre les cinq piliers de cette stratégie et l'exécuter.

La première priorité est la promotion de la résilience et du bien-être de tous les Ontariens et Ontariennes

Nous savons que la maladie mentale et les dépendances peuvent constituer des problèmes pendant toute la vie. Nous devons réduire les risques et la stigmatisation et aider les gens à avoir une vie productive.

Nous avons déjà financé des leaders en matière de santé mentale dans les 72 conseils scolaires, et lancé Allo J'écoute, un service bilingue provincial d'aide téléphonique qui fonctionne jour et nuit, 365 jours par an. Ce service sert déjà environ 1 000 élèves par mois.

Dans la deuxième phase, nous miserons sur cette initiative en faisant appel aux bureaux de santé publique pour lutter davantage contre la stigmatisation et promouvoir la santé mentale dans les écoles et au travail.

La deuxième priorité est le dépistage et l'intervention précoces

Nous doterons les Ontariens et Ontariennes des outils nécessaires pour prendre les devants et s'aider avec de nouvelles applications virtuelles.

Nous offrirons aux fournisseurs de services des programmes de formation virtuels et en personne, du soutien et du mentorat afin qu'ils puissent apporter plus efficacement l'aide nécessaire au moment voulu. Ces intervenants incluent les secteurs des soins primaires, du logement, de la justice, des Autochtones et des Premières Nations.

La troisième priorité est d'élargir les soutiens au logement et à l'emploi et de travailler avec le système judiciaire pour orienter les personnes et assurer leur transition sans judiciarisation inopportune.

Nous investirons 16 millions de dollars au cours des trois prochaines années et travaillerons avec le ministère des Affaires municipales et du Logement pour créer 1 000 nouvelles unités de logement supervisé pour les personnes sans abri ou qui risquent de le devenir en raison d'une maladie mentale ou d'une dépendance. Cette priorité est un élément fondamental de notre Stratégie de réduction de la pauvreté car nous travaillons pour éliminer le sans-abrisme en Ontario. Elle tient également compte des nombreuses études qui montrent que le logement est une partie indispensable du traitement.

Nous fournirons du leadership en matière de santé mentale au travail en investissant dans des programmes de santé mentale en milieu de travail et en les élargissant.

Nous travaillerons avec le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels pour raccourcir la transition des personnes atteintes d'une maladie mentale entre la garde policière et le système de soins, et pour embaucher du personnel infirmier supplémentaire spécialiste de la santé mentale dans les établissements correctionnels.

La quatrième priorité est le bon service, au bon endroit et au bon moment

Cette année, nous avons commencé notre investissement de 20 millions de dollars sur six ans dans l'Alliance pour la psychiatrie médicale qui aidera jusqu'à un demi-million de personnes ayant une maladie physique et mentale à obtenir les soins et le traitement complets dont elles ont besoin.

Aujourd'hui, je suis fier d'annoncer un nouveau projet de 2,75 millions de dollars pour améliorer l'accès aux soins de santé mentale et réduire les temps d'attente dans quatre hôpitaux psychiatriques : CAMH à Toronto, Waypoint à Penetanguishene, Hôpital Royal d'Ottawa, et Ontario Shores à Whitby. En plus d'améliorer l'accès, cette initiative améliorera également la reddition de comptes grâce aux rapports sur les temps d'attente. Les patients seront alors renseignés et en mesure de prendre les meilleures décisions possibles sur leurs soins, un point qui me tient profondément à coeur en tant que ministre de la Santé.

La cinquième et dernière priorité est le financement fondé sur le besoin et la qualité

Afin de vraiment transformer la prestation des services aux personnes ayant une maladie mentale ou une dépendance, nous devons nous orienter vers un système qui mesure et livre de la valeur. Nous modernisons notre modèle de financement afin que le financement des soins de santé aille là où il est le plus nécessaire et où il appuie et commande des services de la plus haute qualité.

Pour appuyer ce plan, nous investirons plus de 65 millions de dollars au cours du prochain exercice, ce qui portera le total à environ 83 millions de dollars par an d'ici 2017.

D'ici 2017 aussi, depuis le lancement de la Stratégie globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances en 2011, nous aurons accru le financement pour la santé mentale et les dépendances de 172 millions de dollars au total.

J'ai demandé au Conseil du leadership de travailler avec l'Institut de recherche en services de santé afin de produire un bulletin équilibré pour la deuxième phase, sur le modèle du bulletin novateur lancé en mars 2015 pour le secteur des services à l'enfance et à la jeunesse. Le bulletin aura pour objectif de mesurer l'effet de notre financement ainsi que le rendement du système.

Voilà donc notre plan pour saisir cette occasion. Il est ambitieux et tient compte de l'urgence que nous ressentons tous pour améliorer notre système, l'accès et, en fin de compte, des vies.

En travaillant ensemble, nous pouvons faire en sorte que les personnes ayant une maladie mentale ou une dépendance ne tombent pas entre les mailles du filet pendant la transition entre les services.

Nous pouvons apporter aux étudiants le soutien dont ils ont besoin pour finir leurs études, obtenir un emploi et vivre dans un lieu stable.

Nous pouvons veiller à ce que les gens obtiennent les soins et services dont ils ont besoin dans la communauté et que leur maladie mentale ne soit pas déterminée dans un service des urgences ou dans le système judiciaire.

Nous travaillerons en partenariat, toujours en partenariat, avec le secteur diversifié et chevronné de la santé mentale, mais aussi avec les gens dont le vécu ne peut que renforcer notre travail.

Merci.

Pour en savoir plus

Vous êtes journaliste et avez une question concernant une idée originale ou vous avez des commentaires au sujet de la façon dont la section des nouvelles pourrait mieux vous servir? Alors, envoyez-nous un courriel à: media@moh.gov.on.ca.

Ligne Médias
Sans frais : 1-888-414-4774
À Toronto, faites le : 416-314-6197

Information pour le public
Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario
au 1 800 268-1154
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559. À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h