Salle de presse

Discours

Webémission – Accès Soins

L’honorable Eric Hoskins
Ministre de la Santé et des Soins de longue durée

Date : 13 mai, 2015

Je tiens à remercier nos partenaires qui sont ici aujourd'hui : l'Association ontarienne des centres d'accès aux soins communautaires, l'Ontario Hospital Association, Home Care Ontario, l'Ontario Community Support Association, SEIU Healthcare, l'Ontario Retirement Communities Association et l'Ontario Association of Non-Profit Homes and Services for Seniors. Et parce que c'est la semaine nationale des soins infirmiers, je remercie tout particulièrement l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario et l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario.

Je crois que cela couvre probablement près de 90 % des personnes ici présentes, et il y en a d'autres dont je vais parler dans quelques minutes. Je tiens aussi à remercier le Second Mile Club et l'équipe de Kensington Gardens, ce lieu merveilleux qui nous a si bien accueillis ce matin.

Le Second Mile Club est un programme de jour pour personnes âgées. Ce serait très bien déjà si on n'y servait que le petit-déjeuner comme aujourd'hui, mais vous faites beaucoup plus, vous jouez un rôle très important en aidant nos aînés à rester chez eux et à être autonomes.

On m'a dit pendant le petit-déjeuner que vous offrez toutes sortes de programmes, des cours d'informatique, de yoga, et même de danse en ligne; ces services donnent aux personnes âgées un sentiment d'appartenance et d'inclusion, mais ce qui compte plus que tout, c'est le soutien dont elles bénéficient.

Les programmes de jour tels que celui-ci ne sont qu'un exemple des aides que nous offrons aux personnes de tous les âges, chez elles et en milieu communautaire, pour leur permettre de rester en bonne santé et autonomes.

Avec le vieillissement de la population, les soins à domicile et en milieu communautaire prennent de plus en plus d'importance. Et aider les gens à rester autonomes et à continuer à vivre chez eux est au coeur des mesures que nous prenons pour transformer notre système de santé et véritablement donner la priorité aux patients.

Nous devons faire plus pour améliorer l'accès et élargir les services; c'est de cela que je vais parler aujourd'hui.

Mais cette transformation a déjà commencé. Elle repose sur de solides bases. Aujourd'hui, 93 % des clients aux soins à domicile reçoivent leurs premiers soins infirmiers dans les cinq jours qui suivent la confirmation de leur admissibilité, et 84 % des patients qui ont des besoins complexes reçoivent la visite d'un préposé aux services de soutien à la personne dans le délai prévu de moins de cinq jours.

La province finance 6,5 millions de visites par du personnel infirmier et 27 millions d'heures de services de soutien et d'aide familiale pour plus de 600 000 clients chaque année.

Depuis 2003, nous avons plus que doublé le financement des services de soins à domicile.

Cela a commencé avec notre budget 2013, il y a deux ans, lorsque nous avons annoncé une augmentation de 5 % du financement des soins à domicile et en milieu communautaire pendant trois ans. Ces hausses devaient prendre fin en 2016, mais dans notre dernier budget, et j'en suis fier, nous avons prolongé cette mesure pendant trois années de plus, ce qui représente un montant supplémentaire de 750 millions de dollars; cette hausse du financement reconnaît l'importance du secteur des soins à domicile et en milieu communautaire. Nous reconnaissons la nécessité d'investir pour améliorer l'accès et élargir les services. Notre gouvernement tient à tout mettre en oeuvre pour que les gens restent autonomes et continuent à vivre chez eux plutôt que de devoir être hospitalisés ou aller en foyer de soins de longue durée.

Cela est préférable pour notre système et accorde la priorité aux patients.

Plus tôt cette année, j'ai présenté le plan de notre gouvernement intitulé Priorité aux patients : Plan d'action en matière de soins de santé. Comme le nom de cette initiative l'indique, notre engagement à placer les besoins des gens et des patients au centre de notre système de santé en est l'élément fondamental.

L'un de ses quatre piliers est de fournir des soins mieux coordonnés et intégrés en milieu communautaire, à proximité du domicile des patients.

Le plan que je vais annoncer aujourd'hui nous aidera à respecter cet engagement et représente la feuille de route que nous allons suivre pour renforcer les soins à domicile et en milieu communautaire.

Nous savons que c'est la chose à faire, car littéralement des milliers de personnes et de familles nous ont dit que les soins qu'ils reçoivent sont disparates, inégaux et fragmentés.

La première chose à faire pour améliorer le secteur des soins à domicile et en milieu communautaire est de nous assurer qu'il sert bien les clients et les patients qui dépendent de lui, qu'il répond à leurs besoins et à ceux de leurs aidants et leur donne la priorité. Les soins à domicile et en milieu communautaire doivent être centrés sur les clients et intégrés avec ceux d'autres professionnels de la santé, dont les fournisseurs de soins primaires. Le secteur doit assurer des transitions intégrées avec d'autres secteurs du système de santé. Il doit rendre des comptes, être transparent et offrir un rapport qualité-prix exemplaire.

Il est évident que la demande de soins à domicile et en milieu communautaire continuera de s'intensifier et nous constatons que les personnes qui ont besoin de soins plus complexes peuvent être bien soignées chez elles, mais il ne peut y avoir d'amélioration des soins sans coopération.

Il faut améliorer la façon dont nous évaluons la qualité, réduire les disparités dans les services et étudier des modèles de soins plus innovateurs. C'est pourquoi en avril 2014, notre gouvernement a annoncé la formation d'un groupe d'experts sous la direction de Gail Donner, chargé d'étudier la façon d'améliorer la qualité des soins fournis par le secteur des soins à domicile et en milieu communautaire.

En janvier, le groupe d'experts a présenté son rapport intitulé Amener les soins au domicile et je vais maintenant vous parler des mesures que nous prenons pour donner suite aux recommandations du rapport.

Mesdames et messieurs, nous allons mettre en oeuvre toutes les recommandations du rapport, sans exception.

Tout d'abord, je remercie sincèrement Mme Donner et les autres membres du groupe d'experts pour leur travail, le rapport qu'ils ont préparé et leurs recommandations.

Mme Donner est présente aujourd'hui avec deux membres du groupe, Kevin Smith et Samir Sinha. Comme l'a suggéré le groupe d'experts, la première étape de notre plan porte avant tout sur le vécu des gens qui reçoivent des soins à domicile ou en milieu communautaire, car nous sommes persuadés qu'il faut avant tout améliorer les services fournis par notre système aux personnes qui nous sont chères et ont besoin de soins.

Je tiens à le souligner : le plan à 10 étapes annoncé aujourd'hui n'est que la première tranche d'une approche à plusieurs volets.

Le but pour l'instant n'est pas de modifier la structure du système. Nous pensons que nous devons d'abord améliorer les services que notre système fournit aux personnes qui nous sont chères et ont besoin de soins. La question de la structure et de la gestion du système découlera naturellement du débat autour des soins à domicile et en milieu communautaire que les familles peuvent espérer pour leurs proches, et cela va dans le sens du rapport du groupe d'experts.

Les changements à la façon dont le système est géré doivent suivre notre objectif le plus important : fournir des services de qualité hors pair à ceux qui en ont besoin.

Pendant que nous nous appliquons à améliorer la qualité des services, nous sommes déterminés à faire les changements nécessaires pour nous assurer que ces services de qualité sont fournis de façon uniforme, efficiente et efficace à tous les Ontariens et Ontariennes, où qu'ils habitent dans la province.

Ce premier point de notre plan en 10 étapes … j'y arrive, ne vous inquiétez pas… porte sur l'élargissement des services et l'amélioration de l'accès et de la continuité des soins, où que vous viviez dans la province.

Première étape : nous allons rédiger un énoncé de valeurs pour les soins à domicile et en milieu communautaire.

Trop souvent, notre système est conçu autour des besoins des fournisseurs de soins. Les patients et leurs aidants ne sont pas inclus dans le processus de prise de décisions ni informés de la façon dont les évaluations se déroulent et des services disponibles. Nous allons donc rédiger un énoncé de nos valeurs concernant les soins à domicile et en milieu communautaire afin d'en orienter la transformation. Centré sur les besoins des clients et de leurs aidants, cet énoncé serait semblable aux énoncés ou chartes de valeurs des hôpitaux. Il comprendra des normes très strictes qui placent les patients au centre et à l'aune desquelles ils pourront évaluer le rendement du secteur.

Deuxième étape : nous allons créer un cadre en matière de niveaux de soins

Mesdames et messieurs, il y a trop de disparités et d'incohérences à l'échelle du système et de la province. Les services offerts à Ottawa ne sont pas les mêmes que ceux proposés à London ou à Sudbury. Les familles ne savent pas à quoi elles peuvent s'attendre pour leurs proches. Nous allons donc créer un cadre en matière de niveaux de soins qui nous aidera à assurer qu'il soit plus facile pour les gens de comprendre les niveaux de soins qu'ils peuvent escompter. Si, après évaluation, on détermine qu'une personne a besoin de certains soins, l'ensemble de services financés par les deniers publics auxquels elle a droit sera transparent et accessible pour elle et ses aidants, et de bonne qualité, quel que soit le lieu de résidence.

Troisième étape : comme je l'ai mentionné tout à l'heure, nous augmentons le financement des soins à domicile et en milieu communautaire.

Pendant que nous transformons notre système de santé, nous ferons en sorte que les patients qui ont des besoins complexes soient plus nombreux à être soignés chez eux et en milieu communautaire, de la façon dont ils le souhaitent, plutôt qu'à l'hôpital ou dans un foyer de soins de longue durée. Il faudra accroître les investissements pour fournir un vaste éventail de soins reposant sur des normes communes. Comme je l'ai dit plus tôt, lors du budget 2013, nous avons annoncé une hausse annuelle de 5 % du financement des soins à domicile et en milieu communautaire. Dans le budget 2015, nous avons annoncé que cette hausse de 5 % serait prolongée au cours des trois prochaines années.

Quatrième étape, et cela va sûrement plaire à Kevin, nous allons aller de l'avant avec les soins regroupés.

À l'heure actuelle, lorsqu'un patient quitte l'hôpital, ses soins de suivi, qu'ils soient assurés par l'hôpital, le médecin traitant ou le secteur des soins à domicile et en milieu communautaire, sont presque toujours fournis par divers soignants sans grande coordination ou intégration. Par conséquent, nous proposons un modèle de soins regroupés en vertu duquel une équipe de professionnels de la santé utilisera une enveloppe de financement unique afin de fournir tous les soins dont le patient a besoin, ce qui donnera lieu à une plus grande intégration entre tous les membres de l'équipe de soins et à une meilleure continuité des soins.

Cinquième étape : nous allons offrir un financement autogéré.

Certains patients reçoivent des soins de la part de plusieurs préposés aux services de soutien à la personne, selon un horaire établi par le CASC ou l'agence de services et ne tenant pas compte de leur situation particulière, par exemple, des jours où les aidants naturels s'occupent d'eux. C'est pourquoi nous allons accorder des fonds directement à certains clients afin de leur donner la souplesse nécessaire pour embaucher eux-mêmes le PSSP ou l'infirmière de leur choix et établir un horaire pratique et bien adapté à leurs besoins.

Sixième étape : nous allons élargir les services de soutien aux aidants.

Le rôle important que les aidantes et aidants jouent dans la prestation soins à domicile et en milieu communautaire n'est pas suffisamment reconnu, et nous devons y remédier. Les aidants sont indispensables à la qualité des soins, à l'autonomie, à la qualité de vie de leurs proches; nous devons le reconnaître et comprendre et admettre qu'ils sont aussi au centre du plan de soins. La plupart des aidants ne disposent pas des ressources dont ils ont besoin pour prendre soin de leurs proches. C'est pourquoi nous allons élargir les services de soutien qui leur sont fournis, notamment en offrant des séances de sensibilisation et de formation ainsi que des soins de répit. Ainsi, ils pourront prendre soin des personnes qui leur sont chères tout en prenant soin de leur propre santé.

Septième étape : nous allons améliorer les conditions de travail des préposés aux services de soutien à la personne.

Les PSSP assurent la plupart des soins à domicile et en milieu communautaire. Or, ils gagnent moins que leurs homologues des hôpitaux et des foyers de soins de longue durée, ce qui entraîne une instabilité des effectifs et affecte la prestation des soins. Par conséquent, nous continuons d'investir dans nos PSSP en augmentant leur salaire horaire de 4 $ sur trois ans à compter de 2014-2015, pour que le salaire minimum de base de ces PSSP rémunérés par le secteur public atteigne au moins 16,50 $ l'heure d'ici le 1er avril 2016. Nous investissons également dans la formation pour mieux stabiliser le marché du travail des PSSP et assurer qu'ils sont formés et rémunérés adéquatement.

Huitième étape : nous allons fournir plus de services infirmiers.

Les règlements en vigueur limitent le nombre de visites qu'un patient peut recevoir d'un infirmier ou d'une infirmière. Or, le nombre de visites autorisé n'est parfois pas suffisant pour certains patients qui ont des besoins complexes ou qui se trouvent dans des circonstances extraordinaires, par exemple à la fin de leur vie. Nous proposons donc de modifier les règlements de façon à accroître le nombre de visites que pourront recevoir les patients qui ont besoin de soins complexes ou qui sont dans des circonstances extraordinaires. Cela se traduira par l'offre de 80 000 heures de soins infirmiers supplémentaires à l'échelle de la province.

Vous êtes sans doute soulagés de savoir qu'il n'y a que 10 étapes et pas 30, n'est-ce pas?

Neuvième étape : nous allons offrir plus de choix au chapitre des soins palliatifs et de fin de vie.

Notre système de santé n'offre actuellement pas assez d'options pour les soins palliatifs et les soins de fin de vie. En outre, les patients et les familles ne disposent pas de ressources suffisantes pour dispenser les soins requis en fin de vie. Nous allons donc offrir davantage d'options aux personnes qui souhaitent passer la fin de leur vie en maison de soins palliatifs ou chez elles, notamment en affectant de nouveaux fonds pour accroître les services des centres de soins palliatifs dans la province et en offrant aux familles et aux aidants un meilleur accès aux soins ainsi que du soutien mieux coordonné. En outre, nous sensibiliserons le public à la nécessité pour les familles de planifier à l'avance et de s'informer sur les volontés de leurs proches concernant les soins palliatifs ou de fin de vie.

Finalement, nous établirons un plan de capacité pour le secteur des soins à domicile et en milieu communautaire.

Au cours des trois prochaines années, nous élaborerons un plan de capacité qui comprend des objectifs en matière de prestation de services et la qualité des soins destinés aux collectivités locales, ainsi que des normes pour l'accès aux soins à domicile et en milieu communautaire et la qualité des expériences vécues par les clients partout dans la province.

Voici donc, mesdames et messieurs, ce que nous envisageons de faire pour transformer le secteur des soins à domicile et en milieu communautaire et améliorer l'accès aux soins et élargir les services. Je le répète, suite au travail incroyable réalisé par Gail, Kevin, Samir et les autres membres du Groupe d'experts pour l'examen des soins à domicile et en milieu communautaire, nous avons décidé d'accepter et de mettre en oeuvre chacune des recommandations du rapport du groupe d'experts, sans exception.

Cependant, Mesdames et Messieurs, c'est une tâche que nous ne pouvons réaliser seuls. Nous espérons continuer à faire équipe avec nos partenaires du secteur des soins à domicile et en milieu communautaire, nos patients, clients, résidents, leurs aidantes et aidants et les défenseurs des droits des patients.

Améliorer les soins à domicile et les soins communautaires fait partie des priorités de notre système de santé et de notre gouvernement. Ce premier volet de notre plan à 10 étapes nous permettra de donner la priorité aux patients, de les aider à rester en bonne santé et à continuer à vivre chez eux et en milieu communautaire tout en restant autonomes.

Merci beaucoup.

Pour en savoir plus

Vous êtes journaliste et avez une question concernant une idée originale ou vous avez des commentaires au sujet de la façon dont la section des nouvelles pourrait mieux vous servir? Alors, envoyez-nous un courriel à: media@moh.gov.on.ca.

Ligne Médias
Sans frais : 1-888-414-4774
À Toronto, faites le : 416-314-6197

Information pour le public
Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario
au 1 800 268-1154
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559. À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h