Naloxone

Foire aux questions

Qui peut distribuer au public des trousses de naloxone gratuites ?

La naloxone financée par les pouvoirs publics est distribuée dans le cadre des programmes suivants :

  • Programme ontarien de distribution de naloxone (PODN) : Programmes de distribution d’aiguilles et de seringues et de lutte contre l’hépatite C
  • Programme ontarien de distribution de naloxone en pharmacie (PODNP) : pharmacies participant au programme
  • Programme de naloxone à emporter des établissements correctionnels provinciaux : établissements correctionnels provinciaux participant au programme.

Qui peut obtenir une trousse de naloxone financée par les pouvoirs publics ?

PODN
Les programmes ontariens d’échange de seringues et d’aiguilles et les programmes ontariens sur l’hépatite C fournissent des trousses contenant du Narcan® en vaporisateur nasal (4 mg/0,1 ml) :

  • aux clients des programmes de seringues et d’aiguilles et des programmes de l’hépatite C
  • à leurs amis et aux membres de leurs familles
  • aux détenus récemment relâchés.

PODNP
Les pharmacies participantes* distribuent des trousses de naloxone injectable (0,4 mg/1 ml) :

  • aux  personnes qui consomment des opioïdes
  • aux personnes qui ont consommé des opioïdes et sont à risque d’en consommer de nouveau
  • aux amis ou aux membres de la famille d’une personne à risque de surdose d’opioïdes.

Un(e) pharmacien(ne) peut également se baser sur son expérience professionnelle pour fournir, ou ne pas fournir, des trousses de naloxone aux personnes admissibles.  

* la participation d’une pharmacie au PODNP est une démarche volontaire. La décision de participer au programme est le fait de chaque pharmacien(ne).

Le ministère étudie actuellement d’autres possibilités d’offrir aux Ontariens la naloxone en vaporisateur nasal.

Les pharmacies peuvent commander un vaporisateur nasal de naloxone pour un patient qui le demande, à condition que celui-ci soit d’accord pour financer lui-même ce vaporisateur.

Programme de naloxone à emporter des établissements correctionnels provinciaux :
Les détenus à risque des établissements correctionnels provinciaux participants reçoivent des trousses au moment de leur libération.

Comment mon organisme peut-il être inscrit au PODN et être ainsi un lieu de distribution de ces trousses ?

La participation au PODN est actuellement limitée aux programmes de seringues et d’aiguilles et aux programmes concernant l’hépatite C. Votre organisme peut envoyer des clients à risque élevé de surdose d’opioïdes, ou leurs amis, ou encore des membres de leurs familles, aux sites actuels relevant du PODN ou à une pharmacie inscrite au PODNP.

Qui forme la personne qui reçoit une trousse de naloxone?

PODN
Le personnel du programme délivre une formation à la personne admissible.

PODNP
Pour tous ceux qui reçoivent une trousse de naloxone pour la première fois, on s’attend à ce que le pharmacien délivre la formation professionnelle nécessaire à la personne admissible.

Des trousses de remplacement sont offertes sans qu’une formation ne soit délivrée, à condition que la personne ait déjà reçu la formation professionnelle par un pharmacien ou dans le cadre du PODN ou du Programme de naloxone à emporter des établissements correctionnels provinciaux.

Programme de naloxone à emporter des établissements correctionnels provinciaux :
Dans les établissements correctionnels provinciaux participant au programme, les détenus jugés à risque de surdose d’opioïdes quand ils auront quitté l’établissement reçoivent une formation délivrée par une infirmière travaillant dans ce même établissement.

Comment le public peut-il trouver, dans la communauté, les lieux où il peut se procurer une trousse gratuite de naloxone ?

Le gouvernement de l’Ontario tient à jour une liste des pharmacies, des programmes communautaires et des établissements correctionnels provinciaux qui distribuent gratuitement des trousses de naloxone. On peut consulter cette liste sur la page Ontario.ca/SurdoseOpioid.

Comment une pharmacie peut-elle être inscrite sur la liste des lieux où sont distribuées gratuitement des trousses de naloxone ?

Nous encourageons les pharmacies à consulter la liste actuelle pour s’assurer qu’elles y figurent déjà. Actualisée tous les mois, cette liste peut être consultée sur la page Ontario.ca/SurdoseOpioid.

Si votre pharmacie participe au PODNP et que vous souhaitez qu’elle soit ajoutée à la liste, veuillez envoyer une demande par courriel à PublicDrugPrgrms.moh@ontario.ca.

Dans l’éventualité où vous souhaiteriez que votre pharmacie soit retirée de la liste, veuillez envoyer une demande et exposer vos motifs (p. ex., modification des activités de la pharmacie, manque de personnel formé, etc.) à
PublicDrugPrgrms.moh@ontario.ca.

Pour l’une et l’autre demandes, veuillez fournir les renseignements suivants :

  • votre nom
  • le nom de votre pharmacie et son adresse complète, y compris ses coordonnées (p. ex., courriel, numéro de téléphone, numéro de télécopie).

Que contient une trousse de naloxone financée par les pouvoirs publics ?

PODN et Programme de naloxone à emporter des établissements correctionnels provinciaux :

Chaque trousse de naloxone en vaporisateur nasal comprend :

  • un étui rigide
  • deux doses de Narcan® en vaporisateur nasal (4 mg/0,1 ml)
  • une paire de gants autres qu’en latex
  • une carte identifiant la personne formée à l’administration de la naloxone
  • un feuillet d’instructions (en anglais et en français)
  • une monographie de produit (en anglais et en français)

PODNP :
Les pharmacies doivent se procurer la naloxone et les fournitures nécessaires à l’assemblage de la trousse auprès de leurs fournisseurs habituels. Cette trousse sera assemblée par un pharmacien, ou par une personne sous la surveillance d’un pharmacien, et contiendra les éléments suivants :

  • deux flacons ou ampoules d’1 ml de chlorhydrate de naloxone injectable à 0,4 mg/ml
  • deux seringues de sécurité comportant chacune une aiguille de calibre 25 et d’un pouce de long
  • deux dispositifs sécuritaires pour ouvrir les ampoules  
  • une paire de gants autres qu’en latex
  • une carte identifiant la personne formée à l’administration de la naloxone.

Le ministère sait que certaines fournitures (p. ex., les dispositifs sécuritaires pour ouvrir les ampoules) peuvent être commandées à des fournisseurs basés au Canada.

L’Ontario Pharmacists Association a également dressé une liste des éléments nécessaires pour constituer la trousse ; dans l’éventualité où les pharmaciens ne pourraient se procurer certains de ces éléments, voire tous, auprès de leurs fournisseurs habituels, cette liste comporte aussi les noms de quelques fournisseurs auprès desquels on peut se procurer ces éléments.

* Veuillez noter ceci : Lors du lancement du PODNP, le ministère a fait délivrer une unique livraison directe de trousses de naloxone injectable pré-assemblées à une sélection de pharmacies distribuant de la méthadone et/ou du Suboxone. Cette livraison directe unique n’a pas été suivie d’une planification d’autres livraisons pour le moment. Ainsi, toutes les pharmacies participant au programme doivent aujourd’hui procéder à l’assemblage des trousses de naloxone.

Pourquoi les programmes de naloxone financés par les pouvoirs publics offrent-ils des présentations différentes de naloxone ?

Quand le PODN a été lancé, seule la naloxone injectable était offerte au Canada. Depuis lors, la naloxone en vaporisateur nasal a été mise à disposition et elle est offerte par le PODN et les établissements correctionnels provinciaux, tandis que la naloxone injectable est distribuée par le PODNP. Qu’elle soit injectable ou en vaporisation nasale, la naloxone est efficace pour contrer les effets d’une surdose d’opioïdes.

Je prescris des opioïdes à mes patients. Devraient-ils se procurer une trousse de naloxone ?

De nombreuses personnes consomment des opioïdes en toute sécurité. Il est important que vous parliez des risques de surdose à vos patients. Si vous avez des inquiétudes au sujet d’un patient en particulier qui pourrait faire une surdose, vous pouvez le diriger sur la page web du gouvernement à propos de la naloxone pour qu’il trouve le lieu de distribution de naloxone le plus proche.

Outre ces trois programmes financés par le gouvernement de l’Ontario, celui-ci étudie la possibilité de points supplémentaires d’accès à la naloxone dans les communautés. L’élargissement de ces points d’accès sera affiché sur la page web du gouvernement à propos de la naloxone.

Le personnel de mon organisme peut-il être formé à la manière de réagir devant une surdose d’opioïdes ?

Il n’existe pas aujourd’hui de programme de formation provincial standard. Le ministère étudie actuellement la possibilité d’en élaborer un.

Je suis un intervenant de première ligne (p. ex. un pompier, un agent de police, un ambulancier). Où puis-je me procurer une trousse de naloxone ?

Depuis 2016, tous les ambulanciers de l’Ontario ont été équipés d’une trousse et formés à l’administration de naloxone.

Tous les agents de communication du service d’ambulance (ou répartiteurs), qui répartissent entre les ambulances les appels reçus au 9-1-1, ont reçu des informations sur les trousses de naloxone dès le début de l’année 2017 pour pouvoir aider au téléphone leurs interlocuteurs pouvant avoir accès à une trousse de naloxone.

Le gouvernement de l’Ontario examine actuellement comment la fourniture de naloxone aux intervenants de première ligne après les SMU pourrait s’intégrer à une prévention globale de la surdose et une approche de réduction des méfaits.

Qu’en est-il des autres personnes intéressées à se procurer une trousse de naloxone au nom de leur organisme (p.ex. bars, restaurants, écoles, etc.) ?

L’objectif des trois programmes financés par les pouvoirs publics de l’Ontario est d’être au service des patients, de leurs familles, de leurs amis, et de ceux qui se soucient d’eux, au cas par cas.

Le gouvernement étudie actuellement la possibilité de créer des points supplémentaires d’accès à la naloxone dans les communautés. Si l’accès aux trousses de naloxone est élargi, les détails seront affichés sur la page web du gouvernement à propos de la naloxone.

Les organismes individuels qui ne sont pas admissibles à recevoir de la naloxone financée par les pouvoirs publics peuvent en acheter directement auprès des fabricants.

Comment une personne qui sort de l’hôpital (p.ex., d’une salle d’urgence) peut-elle se procurer une trousse de naloxone ?

Si une personne a besoin d’une trousse de naloxone à sa sortie de l’hôpital, elle peut être dirigée sur la pharmacie la plus appropriée qui fournit des trousses de naloxone, en particulier si la pharmacie de l’hôpital dédiée aux patients externes et participant au programme est fermée.

Le ministère encourage les personnes à téléphoner au préalable pour vérifier que leur pharmacie participe au PODNP et qu’elle a des trousses de naloxone en réserve. Elles peuvent également poser des questions au pharmacien à propos de ces trousses.

Notez que le PODNP ne finance que des pharmacies communautaires, y compris les pharmacies pour les patients externes. Le PODNP n’est pas associé aux hôpitaux pour le moment (c.-à-d., aux pharmacies dédiées aux patients hospitalisés et aux services d’urgence).

Pour l’hôpital le coût du médicament, y compris la fourniture des trousses de naloxone, serait classiquement couvert par son budget global. La décision revient aux responsables de l’hôpital de fournir des trousses de naloxone aux patients par des points d’accès comme la salle d’urgence ou la pharmacie des patients hospitalisés.

Est-il légal d’être en possession de naloxone ?

Oui, il est légal d’être en possession de trousses de naloxone. Les trousses de naloxone financées par les pouvoirs publics comportent une carte d’identification qui confirme que le porteur de la trousse a été formé à son utilisation.

Une personne peut-elle accusée de détention de stupéfiants alors qu’elle en aide une autre qui est en surdose ?

Le projet de loi C-224, ou Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose, a été élaboré pour amender la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Ce projet sera examiné par le Parlement du Canada un peu plus tard dans l’année. S’il est voté, cet amendement dispenserait d’une accusation de détention de drogues une personne qui, à la suite d’une surdose avec une substance contrôlée, demande une assistance médicale d’urgence ou une application de la loi pour elle-même ou pour quelqu’un d’autre.

Existe-t-il des règlements provinciaux quant à l’administration et/ou la distribution de naloxone en Ontario ?

La naloxone injectable (0,4 mg/1 ml) est un produit en vente libre offert sans ordonnance en Ontario. 

En vertu d’une ordonnance provisoire datée du 6 juillet 2016, le ministre fédéral de la Santé a autorisé l’importation et la vente de Narcan® en vaporisateur nasal (4 mg/0,1 ml) pour son utilisation comme traitement d’urgence des surdoses d’opioïdes connues ou soupçonnées.  

En tant que produit qui contient du chlorhydrate de naloxone, le Narcan® en vaporisateur nasal, lorsqu’il est indiqué pour une utilisation en urgence pour traiter une surdose d’opioïdes à l’extérieur d’un établissement hospitalier, ne figure pas sur la Liste des drogues d’ordonnance établie en vertu de la Loi sur les aliments et les drogues du gouvernement fédéral.

Le chlorhydrate de naloxone en vaporisateur nasal a été inscrit au tableau II (médicament délivré sans ordonnance) par la National Association of Pharmacy Regulatory Authorities (NAPRA).

Existe-t-il des contre-indications à l’utilisation de naloxone ?

La naloxone injectable est considérée comme étant sécuritaire pour tout le monde, à moins qu’il existe une raison de penser qu’une personne a fait antérieurement une allergie (ou hypersensibilité) à la naloxone.

Santé Canada a émis l’avis que l’utilisation de Narcan® en vaporisateur nasal peut ne pas être adaptée aux jeunes enfants et aux femmes enceintes.

Pourquoi le ministère de la Santé et des Soins de longue durée préconise-t-il les compressions thoraciques dans le cadre de la réponse à une surdose d’opioïdes ?

Le médecin hygiéniste en chef (MHC) de l’Ontario s’est enquis d’orientations et de conseils auprès d’experts et de parties prenantes provenant de plusieurs secteurs, parmi lesquels des services médicaux d’urgence, le gouvernement, le Bureau d’application de la loi, la communauté médicale, les chercheurs, et la santé publique. Ces consultations ont ciblé les mesures de réanimation les plus propres à être administrées par des non-professionnels dans le cadre d’une surdose d’opioïdes.

Un consensus a été établi, selon lequel une RCR ne comportant que des compressions thoraciques est la mesure de réanimation la plus appropriée que puisse effectuer une personne non formée en RCR sur un sujet en surdose d’opioïdes. Cette intervention prévaut, car elle peut à la fois répondre aux effets d’un arrêt cardiaque et respiratoire et elle peut augmenter de manière importante les chances de survie du sujet.

La naloxone peut-elle être nocive chez certaines personnes?

La naloxone ne fait effet que chez les personnes qui consomment des opioïdes. Si une personne a consommé des opioïdes, la naloxone peut entraîner un syndrome de sevrage qui peut être très pénible pour la personne, mais ne menace pas sa vie.

Où mes patients et moi-même pouvons nous obtenir des renseignements supplémentaires?

Pour des renseignements supplémentaires sur la naloxone et la surdose d’opioïdes, y compris sur les programmes de naloxone financés par les pouvoirs publics, veuillez consulter la page web du gouvernement sur la naloxone.

Où puis-je envoyer mes patients pour qu’il reçoive un soutien supplémentaire ?

La Ligne d'aide sur la drogue et l'alcool offre une assistance téléphonique 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 (1 800-565-8603) et un soutien par courriel ou clavardage en direct aux personnes qui ont besoin d’aide dans le cadre d’une dépendance. Ses membres fournissent des renseignements sur les services et le soutien thérapeutiques offerts dans la communauté; offrent du soutien et des stratégies aux personnes souffrant d’une dépendance; et dispensent un enseignement de base sur les problèmes liés à l’alcool et aux drogues.

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale offre divers programmes de traitements spécialisés destinés aux personnes souffrant de dépendances liées aux drogues, à l’alcool, au jeu, ou à toute autre dépendance.  

 

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154
(Appels sans frais en Ontario seulement)
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559.
À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h