Print

L'excellence des soins pour tous

Normes d’intervention précoce dans le traitement de la psychose

Défi en matière de santé

La psychose est un trouble débilitant caractérisé par des délires, des hallucinations, des pensées déviantes et un comportement étrange. Chaque année, 12 Ontariennes et Ontariens sur 100 000 vivent leur premier épisode de psychose. L’apparition de ce trouble touche principalement les personnes âgées de 14 à 35 ans. 

L’intervention précoce est essentielle parce que des retards dans le traitement ont des répercussions négatives sur les patients et leurs familles et entraînent de moins bons résultats cliniques. Une personne sur 10 qui a vécu une psychose se suicidera dans les 5 années qui en suivent l’apparition.

« Le traitement tardif entraîne des problèmes plus importants, explique Anne Bowly, gestionnaire en santé mentale et lutte contre les dépendances au ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Cela contribue à la détresse et augmente les problèmes psychologiques, la toxicomanie, le décrochage scolaire ou la perte d’emploi et met une pression sur les relations, le soutien social et le coût pour gérer ce trouble », ajoute-t-elle.

Mise en oeuvre de vrais changements

Depuis plus de dix ans, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a collaboré avec un éventail de partenaires et d’intervenants du secteur de la santé mentale afin de faire une priorité des programmes d’intervention précoce dans le traitement de la psychose. En 2004, le ministère a publié le Cadre stratégique du programme d’intervention précoce dans le traitement de la psychose.

Au printemps 2011, la province a publié les Normes du Programme d’intervention précoce dans le traitement de la psychose servant de ligne directrice pour garantir des services et du soutien de grande qualité dans ce domaine. Il est essentiel que le traitement commence de manière précoce, mais qu’il soit également exhaustif, intégré et efficace. 

Même si les programmes d’intervention précoce dans le traitement de la psychose de l’Ontario varient dans leur structure et leur exploitation, les nouvelles normes garantiront des soins, des traitements et du soutien fondés sur les preuves. Tous les programmes d’intervention précoce dans le traitement de la psychose financés par la province doivent élaborer des politiques, des procédures et des protocoles qui tiennent compte des normes.

Des soins de meilleure qualité et viables

En favorisant le diagnostic et le traitement précoces de la psychose et en utilisant uniformément une approche fondée sur les preuves, les normes amélioreront la qualité des soins et les résultats des patients. Les normes encouragent une approche axée sur le patient, qui se concentre sur les besoins des patients et de leurs familles. Un programme exhaustif d’intervention précoce dans le traitement de la psychose peut :


Le traitement efficace de la psychose lors des manifestations précoces aidera à améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et favorisera de manière importante leur guérison. Cela diminuera le fardeau qu’une maladie mentale prolongée exerce sur les personnes, les familles, le système de santé et la société dans son ensemble.

En savoir plus sur les Normes d’intervention précoce dans le traitement de la psychose.

Personne-ressource :
Catherine Ford
Conseillère principale en politiques, santé mentale et lutte contre les dépendances
Ministère de la Santé et des Soins de longue durée
Tél. : 416 314-1963
Courriel : Catherine.Ford@ontario.ca

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 866 532-3161
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559. À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h