Normes de santé publique de l'Ontario

Principes

Les programmes et les services de santé publique sont fournis dans des milieux géographiques, physiques, culturels, sociaux et économiques complexes qui diffèrent beaucoup d'une région de l'Ontario à l'autre. Il y a des différences systémiques entre les groupes socioéconomiques en ce qui a trait à l'état de santé (c.-à-d. des iniquités en santé). Par conséquent, les interventions en santé publique qui sont nécessaires à l'atteinte d'un résultat visé sont influencées et guidées par des facteurs communs et divers à la fois.

Pour assurer l'efficacité des programmes et des services en santé publique, il faut tenir compte des besoins de la collectivité, sur lesquels les déterminants de la santé ont une influence. En outre, il faut identifier les ressources requises ainsi que la capacité au sein du personnel du conseil de santé et des partenaires pour gérer efficacement les programmes et services et obtenir les résultats désirés.

Pour que les conseils de santé puissent analyser, planifier, fournir, gérer et évaluer les programmes et les services de santé publique en fonction des besoins locaux, tout en visant des résultats communs, ils doivent tenir compte des principes suivants :

  1. Le besoin
  2. L'effet
  3. La capacité
  4. Le partenariat et la collaboration

1. Le besoin

Le principe du besoin reconnaît à quel point il est important d'utiliser des données et des renseignements pour prendre des décisions à l'échelle locale concernant l'analyse, la planification, la prestation, la gestion et l'évaluation des programmes. Ce principe doit être constamment appliqué à tous les niveaux de la prestation des programmes et des services afin d'assurer un rendement optimal. Pour réussir à atteindre les résultats, les conseils de santé doivent sans cesse adapter leurs programmes et leurs services de manière à répondre aux besoins qui varient en fonction des différences dans la situation des collectivités locales. Les Normes de santé publique de l'Ontario accordent une certaine souplesse pour l'élaboration des programmes de santé publique locaux en insistant sur l'importance de l'évaluation et la surveillance de la santé de la population pour informer la planification des programmes et la prestation des services.

Les programmes et les services de santé publique doivent tenir compte des besoins de la population locale en matière de santé. Pour définir ces besoins, il faut analyser la répartition des déterminants de la santé, l'état de santé et l'incidence des maladies et des blessures. Les conseils de santé doivent évaluer et surveiller continuellement la santé de la population. Les analyses doivent pour cela se fonder sur un éventail d'indicateurs provinciaux et locaux reposant sur des ensembles de données et des méthodes déterminées. Elles doivent aussi comprendre des renseignements précis sur la démographie, le fardeau de la maladie (y compris les taux de mortalité et de morbidité), les résultats en matière de reproduction, la prévalence des facteurs de risque, les comportements culturels et sociaux liés à la santé, les affections (y compris les blessures et le mésusage de substances), les conditions et les risques environnementaux, les déterminants de la santé et d'autres risques pour la santé du public.

Les déterminants de la santé servent souvent à définir les besoins d'une collectivité. Il est évident que les résultats relatifs à la santé de la population sont souvent influencés d'une manière disproportionnée par des sous-groupes qui font l'objet d'iniquités sur le plan de la santé et qui ont relativement moins de contrôle sur les facteurs et les conditions qui favorisent, protègent ou maintiennent la santé. En adaptant les programmes et les services aux besoins des groupes prioritaires, les conseils de santé contribuent à améliorer la santé de la population dans son ensemble. Par ailleurs, les conseils doivent réduire au minimum les obstacles à l'accès aux programmes et services de santé publique. Ces facteurs peuvent inclure (sans être limités à) l'éducation, le niveau d'alphabétisation, la langue, la culture, la géographie, la situation économique, la discrimination (fondée sur l'âge, l'orientation sexuelle, la race, etc.), les facteurs sociaux (y compris l'isolement social) et la capacité mentale ou physique.

La création de partenariats avec des organismes communautaires, gouvernementaux ou non gouvernementaux ou d'autres partenaires est le meilleur moyen de remplir bon nombre des exigences. L'intégration des programmes et services de santé publique au sein des objectifs communautaires généraux contribuera à l'atteinte des résultats visés pour la population, qui figurent dans les Normes de santé publique de l'Ontario. La collaboration entre les conseils de santé, les partenaires locaux, les établissements universitaires et le gouvernement est essentielle à l'interprétation des besoins et à l'établissement des priorités. Le partage de connaissances peut permettre de tirer parti des ressources et d'aligner les buts et objectifs communautaires.


2. L'effet

La responsabilité d'amener des changements importants dans la société n'incombe pas à une seule partie. En tant que secteur, la santé publique reconnaît l'incidence qu'ont les déterminants de la santé et s'efforce d'amener des changements importants au niveau de la société qui contribuent à réduire les disparités et les iniquités dans le domaine de la santé en coordonnant et en harmonisant ses programmes et ses services avec ceux d'autres partenaires. La santé publique joue un rôle déterminant dans la création de relations soutenant les objectifs généraux en matière de santé qui visent à obtenir les meilleurs résultats possibles pour tous les Ontariens et Ontariennes.

Les conseils de santé doivent analyser, planifier, fournir et gérer les programmes et les services en fonction de ce qui suit.

  • Les ouvrages scientifiques ou les examens de pratiques exemplaires fournissent-ils des preuves raisonnables de l'efficacité de l'intervention? Les conseils de santé doivent s'inspirer des recherches, des preuves et des pratiques exemplaires pertinentes pour soutenir l'intégration des exigences énoncées dans les Normes de santé publique de l'Ontario dans leur milieu afin d'atteindre les résultats visés. Les conseils de santé sont encouragés à utiliser des approches globales et intégrées pour l'analyse, la planification, la prestation, la gestion et l'évaluation des programmes autant que possible. Les approches globales exigent un vaste éventail d'activités à volets multiples qui emploient plus d'une stratégie de promotion de la santé.
  • Les interventions sont-elles compatibles avec la portée des programmes des conseils de santé? Les Normes de santé publique de l'Ontario définissent clairement les fonctions de la santé publique pour aider les conseils de santé à gérer leurs programmes et leurs services en fonction des rôles établis. La majorité des activités de santé publique doivent consister à faire de la prévention primaire en misant sur une approche basée sur la population. Une partie des activités porteront sur la prévention secondaire, ce qui permettra de produire des effets plus généraux sur la population. Toutes les activités doivent viser à :
    • prévenir les maladies ou éliminer les conditions qui contribuent de façon importante au fardeau de la maladie;
    • prévenir les maladies ou éliminer les conditions pouvant constituer des risques importants pour la santé; et/ou
    • améliorer de façon générale la santé, le bien-être et la résilience de l'ensemble de la population ou des groupes prioritaires.
  • Quels sont les obstacles qui empêchent de réaliser le plein potentiel de santé des personnes, des groupes et des collectivités et de réduire les iniquités en matière de santé? Les interventions en santé publique doivent reconnaître les iniquités existantes en santé et viser à les réduire. En plus d'examiner l'accessibilité de leurs programmes et services pour éliminer les obstacles (p. ex., les obstacles physiques, sociaux, géographiques, culturels ou économiques), les conseils de santé doivent analyser, planifier, fournir, gérer et évaluer les programmes afin de réduire les iniquités en santé tout en améliorant le plus possible la santé de l'ensemble de la population.
  • Quelles sont les mesures de rendement pertinentes qui existent actuellement ou qui peuvent être élaborées pour évaluer l'impact et l'efficacité des programmes et des services? La gestion des programmes et des services de santé publique exige la surveillance constante des principaux indicateurs de rendement pour soutenir l'amélioration continue de la qualité et les pratiques de santé publique fondées sur des données probantes.
  • Les interventions ont-elles des conséquences involontaires qu'il faut examiner de façon approfondie afin de mieux comprendre le programme lui-même ou le contexte dans lequel il est mis en oeuvre? Les conseils de santé doivent constamment réexaminer la prestation des programmes et des services en effectuant les analyses pertinentes, en gérant l'information et, le cas échéant, en évaluant les programmes comme le prévoit la norme fondamentale.

Back to top

3. La capacité

Pour assurer la gestion efficace des programmes et des services, il est essentiel de comprendre la capacité locale en matière de santé publique et les ressources nécessaires pour atteindre les résultats. Tous les conseils de santé doivent s'efforcer d'acquérir la capacité et les ressources nécessaires pour répondre aux présentes normes. Une analyse continue des ressources nécessaires pour répondre aux normes aide les conseils de santé à prendre des décisions pour favoriser l'atteinte des résultats de façon optimale.

La capacité couvre de nombreux aspects : les structures et processus organisationnels, la planification, le perfectionnement et le maintien de l'effectif, les systèmes d'information et de connaissances et les ressources financières. Il est donc important que les conseils de santé évaluent leur capacité en ce qui concerne l'étendue et la diversité des programmes et des services par rapport au niveau de compétence de leur personnel, à l'accessibilité des renseignements utiles en temps opportun et aux ressources financières nécessaires à l'atteinte des résultats visés pour la population.

La pierre angulaire de la santé publique est la qualité du personnel. Les programmes et les services fournis par les conseils de santé doivent être planifiés et offerts par des personnes qui possèdent les compétences techniques et professionnelles exigées, y compris des compétences essentielles en santé publique et des compétences dans des disciplines connexes. Les conseils de santé doivent avoir recours aux services de professionnels qualifiés comme l'exige la LPPS (p. ex., des médecins hygiénistes, des dentistes hygiénistes, des hygiénistes dentaires, des inspecteurs de la santé, des infirmières en santé publique et des nutritionnistes). En outre, le personnel doit avoir suivi une formation appropriée sur la planification de programmes interdisciplinaires de santé publique et sur la prestation efficace des programmes (p. ex., l'épidémiologie, la promotion de la santé, la toxicologie, l'évaluation des programmes ou l'informatique).

Pour accroître et retenir les ressources humaines en santé publique, il faut également offrir de la formation continue et embaucher de nouveaux professionnels. Les conseils de santé doivent assurer un personnel compétent et diversifié en offrant régulièrement à ses employés des occasions de se perfectionner et d'acquérir des compétences en santé publique. Il peut s'agir de programmes d'amélioration de la qualité ou d'apprentissage continu pour le personnel ainsi que des activités structurées ou informelles visant le perfectionnement du leadership en santé publique. Les conseils de santé doivent susciter l'intérêt des futurs professionnels de la santé à l'égard de la santé publique en offrant des stages aux étudiants.

Back to top

4. Le partenariat et la collaboration

Les programmes et les services de santé publique exigent la création de nombreux partenariats avec le secteur de la santé (p. ex., les réseaux locaux d'intégration des services de santé et les soins de santé primaires) ainsi que d'autres secteurs (p. ex., l'éducation, les services sociaux, le logement, la santé et la sécurité au travail et l'environnement). La santé publique soutient le renforcement des capacités communautaires en favorisant la création de partenariats et la collaboration avec des partenaires communautaires, notamment des organismes bénévoles, des organismes gouvernementaux ou non gouvernementaux, des associations locales, des groupes communautaires, des réseaux, des coalitions, le milieu universitaire et le secteur privé. Les conseils de santé doivent collaborer lorsque c'est approprié avec d'autres conseils de santé afin de coordonner la prestation des programmes et des services de santé publique.

Les conseils de santé doivent favoriser la création d'un milieu propice à la santé en mettant les collectivités et les citoyens à contribution pour l'analyse, la planification, la prestation, la gestion et l'évaluation des programmes et des services. Cela permettra d'accroître la capacité locale de répondre aux besoins de la collectivité en matière de santé publique.

La qualité et la portée des partenariats locaux est un indicateur essentiel de la mesure dans laquelle les conseils de santé arrivent à assumer et à conserver leur rôle de premier plan dans la création des conditions préalables aux changements efficaces. Les conseils de santé doivent constamment surveiller et évaluer les partenariats et la collaboration à l'échelle locale afin de déterminer leur efficacité.

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154 (Appels sans frais)
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559.
À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : lundi au vendredi de 8 h 30 - 17 h