Transformation du système de soins de santé

Préparer les patients pour obtenir des résultats concluants

Avant sa chirurgie de remplacement du genou, Manjul Bhatnager a acheté des chaussures une taille plus grande que d'habitude. C'est l'un des conseils qu'elle a reçus du Toronto East General Hospital en prévision de la chirurgie qu'elle y a subi en mai 2013.

« On m'a fait de précieuses recommandations pour la période postopératoire. Un guide d'information m'a renseignée sur ce à quoi je devais m'attendre avant, pendant et après la chirurgie », déclare Mme Bhatnager. Le lendemain de la chirurgie, la patiente de 70 ans arrivait à marcher jusqu'à la salle de bains toute seule. Le surlendemain, elle s'exerçait avec un physiothérapeute en milieu hospitalier à marcher dans le couloir et à monter des escaliers. Le troisième jour, elle était prête à retourner chez elle.

Dans les jours suivants, une coordonnatrice du Toronto East General Hospital a communiqué avec elle pour s'assurer que tout allait bien. « Recevoir cet appel m'a rassurée; elle a rappelé à quelques reprises pour voir comment j'allais. J'ai réellement apprécié ce geste », raconte Mme Bhatnager.

L'expérience préopératoire et postopératoire de Mme Bhatnager est conforme à l'approche du Toronto East General Hospital visant à améliorer les résultats chez les patients subissant une chirurgie de remplacement de la hanche ou du genou. Le nombre de patients de l'hôpital renvoyés directement à la maison a beaucoup augmenté, et les durées de séjour ont été écourtées sans que les taux de réadmission n'augmentent au cours des trois premiers trimestres de 2012-2013.

« Il y a environ un an et demi, environ 60 pour cent de nos patients pouvaient rentrer directement à la maison et 40 pour cent étaient envoyés en centre de réadaptation, explique Carmine Stumpo, vice-président aux programmes. Grâce aux nouvelles mesures de soutien, au troisième trimestre de 2012-2013, 94 pour cent des patients subissant une chirurgie de remplacement de la hanche et du genou pouvaient rentrer chez eux – un taux phénoménal. »

En même temps, la durée de séjour de ces patients était réduite pour s'établir en moyenne à 3,8 jours (soit moins que la cible de 4,4 jours définie par la province). « Le Toronto East General Hospital surveille les indicateurs de qualité et de sécurité, par exemple les taux de réadmission, et cerne toute occasion supplémentaire d'améliorer les soins », ajoute M. Stumpo. Conformément à sa détermination à réduire la durée de séjour liée à certaines procédures fondées sur la qualité, y compris les fractures de la hanche, le Toronto East General Hospital a accordé à la Réforme du financement du système de santé (RFSS) une place importante dans son plan d'amélioration de la qualité de cette année.

Rob Devitt, président directeur-général du Toronto East General Hospital, explique que l'établissement a d'abord établi des cibles en matière de qualité, puis a examiné systématiquement toutes les facettes des soins nécessaires à l'atteinte des objectifs.

« La RFSS établit, pour l'ensemble de la province, des résultats mesurables et clairs pour les traitements », ajoute-t-il.

On a accordé une attention particulière aux volets préopératoire et postopératoire. « Nous avisons le patient, avant son admission à l'hôpital, qu'il sera renvoyé directement chez lui après quatre jours, et nous lui expliquons comment se dérouleront ces quatre jours », explique M. Devitt. Le Toronto East General Hospital a aussi favorisé une meilleure coordination avec les services de physiothérapie en externe après le retour à domicile.

Chaque patient devant subir une chirurgie de remplacement de la hanche ou du genou reçoit une brochure de renseignements complets et est invité à assister à deux séances d'information préopératoires environ un mois avant la chirurgie. À la première séance, l'aide-ergothérapeute ou l'aide-physiothérapeute passe en revue le processus et montre des exercices de réadaptation. La deuxième séance est une clinique de trois à quatre heures au cours de laquelle les patients ont une rencontre individuelle avec des professionnels des soins de santé, notamment avec un pharmacien, une infirmière autorisée et un interniste, pour discuter de tous les aspects des soins qu'ils prodiguent. « Nous parlons du matériel dont les patients auront besoin à la maison et nous leur recommandons de se le procurer avant leur chirurgie. Nous les informons des options d'accès aux soins de physiothérapie et nous les renseignons au sujet des moyens de transport pour se rendre à ces rendez-vous », dit Esther Cabrera, qui soutient les patients avant et après leur chirurgie.

Dans les 24 à 48 heures suivant leur congé, Mme Cabrera téléphone aux patients pour voir comment ils se portent, de manière à pouvoir déceler très tôt tout problème potentiel. « Je leur parle de l'efficacité de leurs analgésiques. Je leur demande s'ils font de la fièvre et le cas échéant, si elle pose problème, je fais en sorte qu'ils reviennent voir le chirurgien à la clinique de traitement des fractures. On évite ainsi qu'ils doivent éventuellement se présenter à l'urgence. » Mme Cabrera fait un deuxième suivi auprès des patients environ une semaine plus tard.

L'accent sur les volets préopératoire et postopératoire s'est révélé capital pour augmenter le taux de patients renvoyés directement chez eux et pour réduire la durée de séjour. Le Dr Peter Weiler, chef des services orthopédiques, explique qu'il essaie de voir, à la clinique d'orthopédie, les patients ayant subi un remplacement du genou deux à trois semaines après l'opération plutôt que six semaines après (la période de suivi antérieure). On peut ainsi examiner la plaie du patient, et s'assurer que des services de physiothérapie en clinique externe ont été prévus et qu'ils sont efficaces. « Le fait de savoir qu'ils sont suivis et que les problèmes potentiels peuvent être cernés et abordés plus rapidement procure aux patients une tranquillité d'esprit, dit le Dr Weiler. Nous voulons pour eux ce qu'il y a de mieux. »

Il affirme que la place encore plus importante accordée à la réduction des durées de séjour et au retour à la maison réussi vaut largement les efforts déployés. « Il vaut mieux séjourner le moins de temps possible à l'hôpital. À la maison, on est dans un cadre familier. On y est plus en sécurité, ce qui accélère le rétablissement et le retour à une vie plus normale. »

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154 (Appels sans frais)
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559.
À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : lundi au vendredi de 8 h 30 - 17 h