Cancer

Cancer de la prostate et test de l'APS

Les hommes sont tous différents.

Le cancer de la prostate est le type de cancer le plus fréquent chez les hommes d'aujourd'hui. Il affecte principalement les hommes de plus de 50 ans. À l'approche de la cinquantaine, beaucoup d'hommes se demandent comment se protéger contre le cancer de la prostate.

Devriez-vous subir un test de dépistage du cancer de la prostate, même si vous n'avez pas de symptômes? Vous avez peut-être entendu parler du test de dépistage de l'antigène prostatique spécifique (APS) et vous vous demandez si vous devez le subir, surtout si des membres de la famille, des amis et des collègues vous incitent à le faire.

Les renseignements ci-dessous vous aideront à mieux comprendre le cancer de la prostate et le test de l'APS.

Test de dépistage de l’antigène prostatique spécifique (APS) : questions et réponses


Qu’est-ce que la prostate?

La prostate est une glande de la taille d’une noix située sous la vessie. Elle produit une partie du liquide qui contient le sperme. Normalement, la prostate grossit avec l’âge. Si elle grossit assez, elle peut exercer une pression sur l’urètre, le conduit qui permet à l’urine de s’écouler de la vessie. Cela peut rendre le jet d’urine plus faible ou plus lent ou causer une miction plus fréquente, particulièrement la nuit. La plupart du temps, une augmentation de la taille de la prostate et une modification du jet d’urine ne signifient pas que vous avez un cancer. Cela fait simplement partie du processus normal du vieillissement. Néanmoins, les hommes en santé qui présentent des symptômes devraient consulter un médecin sans tarder.

Prostate

Qu’est-ce que le test de dépistage de l’antigène prostatique spécifique (APS)?

Le test de l’APS est une analyse sanguine qui mesure la quantité d’APS présente dans le sang. L’APS est sécrété par la prostate et est normalement présent en petites quantités dans le sang d’un homme. Un taux d’APS élevé peut indiquer la présence d’un cancer. Les sujets qui présentent une infection de la prostate ou une augmentation non cancéreuse de la taille de la prostate (comme une hypertrophie prostatique bénigne - HPB) peuvent aussi avoir des taux élevés d'APS.

Qu’est-ce que le cancer de la prostate?

L’augmentation de la taille de la prostate peut parfois s’avérer cancéreuse. Le cancer de la prostate prend une forme différente selon la personne. Parfois, le cancer est confiné à la glande et il a peu ou pas d’effet sur l’état de santé de l’homme touché ou sur sa longévité. Certains hommes atteints d’un cancer de la prostate n’ont aucun symptôme, ce qui veut dire qu’il est possible d’avoir un tel cancer sans présenter d’hypertrophie de la prostate, de problèmes urinaires et de douleur. Environ 7 hommes sur 10 chez qui on a diagnostiqué un cancer de la prostate ne décèderont pas de cette maladie, mais décèderont avec la maladie et d’autres causes comme une maladie cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou la vieillesse.

Le cancer de la prostate peut également être grave et mortel. C’est pourquoi il est important que vous discutiez avec votre médecin afin de déterminer si vous présentez un risque.

Quelles sont les causes du cancer de la prostate?

Nous ne connaissons pas les causes du cancer de la prostate, mais nous savons qu’il est plus fréquent chez :

Nous ne connaissons pas non plus l’effet qu’ont d’autres facteurs (comme les régimes pauvres en fibres ou riches en gras, ou les faibles niveaux d’activité physique) sur la probabilité de présenter un cancer de la prostate.

Comment traite-t-on le cancer de la prostate?

Afin de traiter un cancer de la prostate localisé (un cancer qui ne s’est pas répandu), les médecins utilisent une des trois méthodes suivantes :

Généralement, la chirurgie de la prostate est préférée pour les hommes jeunes qui ne présentent pas d’autres problèmes de santé importants. La radiothérapie est une solution de rechange à la chirurgie, en particulier chez les hommes qui présentent des risques de complications plus élevés à la suite d’une intervention importante. L'attente sous surveillance est la méthode la plus appropriée pour les hommes d'un certain âge qui présentent des cancers moins virulents, de faible intensité et à croissance lente, puisque ces patients présentent un risque plus élevé de décéder d’autres maladies avant qu’il soit nécessaire de traiter leur cancer.

Il n’y a pas deux cas de cancer de la prostate identiques. Certains surviennent chez des hommes âgés, d’autres chez de jeunes hommes. Certains patients atteints de ce cancer ont de graves problèmes de santé, alors que d’autres sont bien portants. Certains cancers croissent rapidement, d’autres progressent lentement. Toutes ces considérations ont un impact sur la manière de traiter un patient atteint d’un cancer de la prostate.

Haut de page

Quelle est la politique du gouvernement concernant le paiement du test de l’APS?

Lorsqu'un homme a fait l'objet d'un diagnostic de cancer de la prostate, qu'il est traité contre ce cancer ou qu'il est suivi après le traitement, le test de l'APS lui est offert sans frais par l'hôpital ou le service de laboratoire communautaire.

Lorsqu'un médecin ou un infirmier praticien soupçonne un cancer de la prostate en raison des antécédents du patient ou du résultat d'un examen physique (toucher rectal y compris), le test de l'APS est offert sans frais par l'hôpital ou le service de laboratoire communautaire.

Lorsqu'un homme qui ne présente pas de symptômes passe le test à des fins de dépistage, le test de l'APS n'est pas payé par l'Assurance-santé provinciale. Un homme  peut subir le test de l'APS s'il est disposé à en payer le coût lui-même. Toutefois, on s'attend à ce qu'il prenne sa décision après en avoir discuté avec le médecin ou l'infirmière praticienne.

Comment l’accès au test de l’APS a-t-il été amélioré?

Depuis janvier 2009, les hommes qui sont admissibles au test selon les lignes directrices peuvent obtenir sans frais un test fondé sur des preuves effectué par un laboratoire hospitalier ou communautaire dans le cadre du Régime d'assurance-santé de l'Ontario. Grâce à l’accès accru aux tests effectués par des laboratoires communautaires, les patients n’ont pas à franchir de grandes distances pour se rendre au laboratoire d’un hôpital et ils profitent des heures d’ouverture prolongées des laboratoires communautaires.

Un test de PSA fondé sur des preuves est fourni lorsqu’un homme a fait l’objet d’un diagnostic de cancer de la prostate et qu’il est traité pour ce cancer ou encore qu’il est suivi après un traitement. Le test de PSA fondé sur des preuves est offert sans frais par le truchement des services des laboratoires hospitaliers ou communautaires.

Lorsqu’un médecin ou un membre du personnel infirmier praticien soupçonne un cancer de la prostate chez un patient qui a des antécédents de ce cancer ou à la suite d’un examen physique (incluant le toucher rectal), on considère qu’il s’agit d’un test de PSA fondé sur des preuves et on l’offre sans frais par le truchement des services des laboratoires hospitaliers ou communautaires.

Pourquoi le gouvernement ne met-il pas en place un programme de dépistage du cancer de la prostate?

Les preuves scientifiques ne permettent pas de déterminer avec certitude que le test de l'APS permet de sauver des vies ou d'améliorer les résultats pour la santé chez les hommes asymptomatiques. Par contre, nous disposons de données probantes concernant le dépistage du cancer du col de l'utérus et du cancer du sein.

La plupart des lignes directrices nationales et internationales en matière de dépistage ne recommandent pas le dépistage du cancer de la prostate fondé sur la population ni le dépistage général, parce qu’il n’y a aucune preuve concluante que le dépistage du cancer de la prostate diminue l’incidence de la maladie ou de la mortalité associée à ce type de cancer.

La politique du gouvernement permettra d’assurer que les deniers publics sont répartis en fonction de résultats prouvés et que ce financement sert à prodiguer les tests de l’APS requis.

À qui ce test est-il indiqué?

Les hommes doivent discuter avec leur médecin afin de déterminer s’ils présentent un risque et de connaître les risques et les avantages de passer un test de l’APS.

Quelle est la précision du test de l’APS?

Aucun test n’est exact à tous les coups, et c‘est également le cas du test de l’APS.
Sur 100 hommes de plus de 50 ans qui ne présentent pas de symptômes et qui subissent le test de l’APS :

Puisque le test n’est pas toujours juste, il comporte des risques et des avantages. Le test sera positif pour certains hommes qui n’ont pas le cancer, ce qui crée une anxiété inutile. Il écartera également certains hommes qui en fait ont le cancer, ce qui leur donne un faux sentiment de sécurité au sujet de leur santé.

Haut de page

Quels sont les facteurs qui peuvent avoir un effet trompeur sur le résultat du test?

Voici certains éléments qui peuvent notamment faire fluctuer légèrement les taux d’APS : la manipulation de la prostate durant un examen rectal digital, une échographie transrectale, une biopsie, la présence d’une infection, l’exercice intense, l’éjaculation et la variation quotidienne normale. La manière dont le sang est prélevé et est entreposé pour l’analyse peut également faire varier le taux d’APS. Tous ces éléments peuvent entraîner un faux résultat positif.

Quel est le taux « normal » d’APS?

Un taux supérieur à 4 microgrammes/litre (μg/L) pour l’APS est souvent défini comme anormal dans la documentation et fréquemment utilisé comme limite par certaines administrations, dont celles de l’Ontario et des États-Unis. Cependant, le taux d’APS augmente constamment chez l’homme vieillissant et certains urologues (pas tous) conseillent d’utiliser des taux en fonction de l’âge pour l’APS « normal », plutôt que d’utiliser la mesure >4 μg/L pour l’ensemble des hommes. Nous recommandons à tous les hommes de parler avec leur médecin des taux d’APS.

Où peut-on aller pour subir le test de l'APS?

On peut se rendre à tout laboratoire médical qui effectue les analyses sanguines demandées par les professionnels de la santé, y compris les laboratoires hospitaliers et communautaires. Depuis janvier 2009, l'accès au test de l'APS a été élargi et on peut s'adresser aux laboratoires communautaires qui ont des d'heures d'ouverture prolongées, ce qui évite aussi de longs déplacements vers un laboratoire hospitalier.

Haut de page

Pour en savoir plus

Pour renseignements supplémentaires sur le cancer de la prostate et le test de l'APS, adressez-vous à votre médecin ou à la Société canadienne du cancer au 1 888 939-3333 (sans frais).

Des spécialistes de la diffusion de l'information sur le cancer peuvent vous donner les renseignements les plus fiables et les plus récents sur le cancer de la prostate et vous diriger vers des services utiles au sein de votre collectivité. Vous pouvez également consulter le site de la Société canadienne du cancer à www.cancer.ca

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559. À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h