ACCUEIL  |   ENGLISH MSSLD  |   POUR NOUS JOINDRE
Rapport intégral PDF
Table des matières du rapport
Profils des bureaux de santé
Indicateurs
Études de cas
Documents d’appui
Rapport initial sur la santé publique
Études de cas

Un sondage a été mené en novembre 2008 auprès des conseils de santé en vue de recueillir des données et des exemples de pratiques exemplaires locales. Les études de cas étaient recherchées afin de mettre en évidence des initiatives locales, des programmes ou des innovations uniques ou de démontrer le succès des efforts déployés par les conseils de santé pour répondre aux besoins locaux.

Les catégories suggérées comprenaient les suivantes :

  • intégration des services de santé publique au système de soins de santé local;
  • réalisation de programmes visant les déterminants locaux de la santé;
  • travail auprès des populations prioritaires (c.-à-d. les Premières nations, les sans-abri);
  • amélioration de l'accès aux programmes (c.-à-d. abattre les obstacles linguistiques);
  • partenariats communautaires;
  • échange de connaissances.

Voici la liste des études de cas qui sont présentées dans le Rapport initial sur la santé publique.

Vaincre la pauvreté - Bureau de santé de Grey Bruce
Stratégie de soins primaires Meilleur départ - Bureau de santé de la cité de Hamilton
Renforcement de la capacité d'évaluation interne - Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark
Collaboration avec les Premières nations - Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough
Groupe de travail sur la méthamphétamine en cristaux - Bureau de santé du district de Perth
Initiative de santé bucco-dentaire des enfants des Premières nations - Bureau de santé du Nord-Ouest
First Nations, Métis and Inuit Diabetes Network - Bureau de santé de la cité d'Ottawa
Sécurité alimentaire - Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough / Bureau de santé du comté de Huron
Guelph Inclusiveness Alliance - Bureau de santé de Wellington-Dufferin-Guelph
Des menus sains dans les arénas - Bureau de santé de la région de Durham
Échange de connaissances - Bureau de santé de la région de Peel / Bureau de santé de Waterloo
Opération Spray-Net - Bureau de santé de la cité d'Ottawa
Site Web de SPARK Youth - Bureau de santé du comté de Huron
Santé sexuelle des adolescents - Bureau de santé de Middlesex-London / Bureau de santé de Kingston, Frontenac et Lennox et Addington
L'autobus santé - Bureau de santé de la région de Niagara
Projet relatif aux travailleurs à faible salaire - Bureau de santé de Sudbury et du district
Coalition pour la prévention du cancer de Toronto - Bureau de santé de la cité de Toronto
Collaboration avec les établissements correctionnels - Bureau de santé de la région de Halton

Outre les études de cas incluses dans le rapport, voici une plus grande sélection d'études de cas que les bureaux de santé ont soumises. Le texte de chaque étude de cas est présenté tel qu'il a été soumis par le bureau de santé. Les études sont classées par catégorie et certaines peuvent être mentionnées plusieurs fois dans les cas où elles se rapportent à plus d'une catégorie.

Vaincre la pauvreté - Bureau de santé de Grey Bruce

Le programme Moving Forward (aller de l'avant) du Bureau de santé de Grey Bruce s'efforce de briser le cycle de la pauvreté en s'attaquant aux obstacles systémiques qui empêchent les marginaux d'obtenir une formation et un emploi appropriés. Visant les jeunes familles à haut risque, le programme fait appel à des entrevues axées sur la motivation afin d'aider les clients à cerner leur niveau de préparation au changement et à élaborer un plan d'action en vue d'atteindre des objectifs précis. Les revers et les rechutes sont fréquents tout au long du processus de changement. Les professionnels de la santé publique aident les clients à évaluer leurs objectifs et à réaffirmer leurs plans d'action.

Le Bureau de santé de Grey Bruce apporte également un soutien concret en fournissant des moyens de transport, en donnant accès à des services de garderie adéquats et en aidant les clients à acheter des vêtements appropriés, à prix abordable, pour les entrevues. Tous ces éléments offrent davantage de possibilités aux clients en matière d'emploi et de formation.

Le programme Moving Forward s'attaque, à de nombreux niveaux, aux déterminants de la santé liés à la pauvreté, à l'accès à la formation et aux possibilités d'emploi et s'emploie à les améliorer.

Stratégie de soins primaires Meilleur départ - Bureau de santé de la cité de Hamilton

Un développement sain durant les premières années de la vie d'un enfant aura des répercussions importantes sur sa santé et son bien-être futurs. L'initiative Meilleur départ, financée par le ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse, vise à améliorer la détection précoce et le réseautage des ressources à l'échelle des collectivités partout en Ontario, projets auxquels les bureaux de santé publique ont participé activement.

À titre d'exemple, les Services de santé publique de la ville de Hamilton ont travaillé avec les représentants des services de soins primaires, des services de santé publique et du centre de développement de la petite enfance de l'Ontario (CDPEO) pour mettre sur pied un sous-comité dans le cadre du Réseau Meilleur départ de Hamilton. Une équipe comprenant un médecin leader d'opinion, une infirmière-hygiéniste et un facilitateur du CDPEO ont effectué des présentations sur la détection précoce et la disponibilité des ressources communautaires pour les praticiens de soins primaires. Lorsque cela était possible, ces derniers ont été invités au CDPEO local, soulignant ainsi la disponibilité des services offerts par ce dernier. D'autres présentations ont eu lieu dans des cliniques de groupe et lors de tournées de médecins.

On a remis aux participants une trousse d'information comprenant plusieurs exemplaires du questionnaire de dépistage Nipissing District Developmental ScreenMC (NDDS), du relevé postnatal Rourke, un article sur l'examen médical à l'âge de 18 mois, un diagramme des services locaux en matière de petite enfance et les coordonnées des personnes-ressources. De plus, un événement de formation médicale continue menant à l'accréditation a permis de comprendre de façon plus approfondie le développement de l'enfant. L'évaluation du projet a révélé une augmentation des aiguillages vers les services communautaires.

Renforcement de la capacité d'évaluation interne - Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark

Le Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark a élaboré un plan visant à renforcer la capacité de l'organisme à évaluer ses programmes et à adopter des pratiques de santé publique fondées sur des éléments probants. L'objectif est d'intégrer les fonctions de planification et d'évaluation à tous les postes professionnels en santé publique au sein de l'organisme et de favoriser ainsi une culture organisationnelle axée sur l'amélioration constante de la qualité.

Le plan prévoit la mise en œuvre d'une stratégie exhaustive de politiques, d'environnements propices, de développement de l'infrastructure ainsi que de sensibilisation et de formation du personnel. Il vise à améliorer les compétences des professionnels de la santé publique en matière de pratiques fondamentales efficaces, fondées sur des éléments probants. La stratégie comprend le lancement d'une série de séances d'apprentissage en vue d'améliorer les connaissances et les compétences, ainsi que la création d'une communauté de pratique en matière d'évaluation, c'est-à-dire un réseau officieux qui favorise l'échange d'idées et d'expériences en ce qui a trait à l'évaluation des programmes.

Le renforcement de la capacité organisationnelle à évaluer les programmes augmentera en fin de compte la responsabilisation à l'égard des parties intéressées et la qualité des programmes de santé publique offerts à la collectivité.

Collaboration avec les Premières nations - Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough

À titre d'exemple d'inclusion au chapitre de la gouvernance, le Conseil de santé du comté et de la cité de Peterborough a signé avec la Première nation de Curve Lake et la Première nation Hiawatha une entente portant sur un programme complet de services de santé publique.

Les deux communautés contribuent chacune au financement local à hauteur de 25 % et le conseil de chaque bande nomme un de ses membres au conseil de santé pour un mandat de un, deux ou trois ans. La Première nation de Curve Lake et la Première nation Hiawatha peuvent en outre désigner conjointement un représentant. À Peterborough, Keith Knott, le chef de la Première nation de Curve Lake, siège au conseil depuis 2002, notamment à titre de président en 2004. La relation avec ces deux communautés continue d'évoluer et le Conseil de santé du comté et de la cité de Peterborough continue d'agir à titre de ressource, de facilitateur, d'éducateur, de formateur et de défenseur des droits au besoin.

Le Conseil de santé du comté et de la cité de Peterborough s'est associé au personnel du centre de santé de la Première nation de Curve Lake dans le cadre d'une stratégie de prévention du tabagisme chez les jeunes. La Première nation de Curve Lake et la Première nation Hiawatha font équipe dans le cadre du projet de désaccoutumance au tabac financé par Santé Canada et se sont associées au Conseil de santé du comté et de la cité de Peterborough pour soumettre une proposition à l'Initiative canadienne de recherche pour la lutte contre le tabagisme.

Les services offerts par le bureau de santé, tels que les visites à domicile dans le cadre du programme « Bébés en santé, enfants en santé », la formation et l'accréditation des personnes qui manipulent les aliments, les groupes d'information sur le rôle parental (tels que « Y'a personne de parfait »), ainsi que les initiatives ayant trait à la sécurité alimentaire, comme « Come Cook with Me », améliorent les programmes qui existent déjà au sein de la Première nation. Des services de garderie sont offerts afin que les parents puissent avoir du temps libre, se faire de nouveaux amis et acquérir de nouvelles compétences.

Groupe de travail sur la méthamphétamine en cristaux - Bureau de santé du district de Perth

Lorsque de nouvelles préoccupations en matière de santé voient le jour dans une collectivité, les bureaux de santé publique se servent de leurs connaissances et de leurs compétences pour y répondre en définissant des stratégies d'engagement communautaire créatives. Par exemple, en 2005, le Toronto Star qualifiait le comté de Perth de « capitale de la méthamphétamine en cristaux » de l'Ontario. La découverte d'une série de laboratoires de méthamphétamine et l'augmentation du taux de toxicomanie ont poussé les dirigeants à chercher frénétiquement une solution à ce problème.

En guise de réponse, le Bureau de santé du district de Perth a participé à la création de la Perth County Task Force on Crystal Meth (Groupe de travail sur la méthamphétamine en cristaux du comté de Perth) en 2005. En 2008, son effectif s'est accru pour former un comité de 40 membres, dont des professionnels de la santé publique, des policiers, des politiciens, des pompiers, des SMU, des fournisseurs de soins de santé, des conseillers en toxicomanie, des services sociaux, des pharmacies et des associations agricoles. Le comité est coprésidé par le directeur de la protection de la santé du Bureau de santé du district de Perth et le maire de Stratford.

Le groupe de travail s'attaque au problème de la méthamphétamine en cristaux sur quatre fronts :

  • l'application de la loi;
  • la protection de la santé;
  • la prévention et la sensibilisation;
  • le traitement.

Compte tenu de sa position de chef de file au sein du groupe de travail, le Bureau de santé du district de Perth est en mesure de veiller à régler le problème de la consommation de méthamphétamine en cristaux par le biais d'une démarche exhaustive reposant sur des pratiques exemplaires. En 2008, le groupe de travail a mis en œuvre neuf programmes dans les quatre domaines visés. Les programmes du bureau de santé publique ont porté principalement sur le développement et la participation des jeunes afin de prévenir la toxicomanie, ainsi que sur la mise en place de mesures de protection de la santé liées aux laboratoires de drogue.

À ce jour, le programme a été couronné de succès et a conduit à :

  • une diminution des découvertes de laboratoires de méthamphétamine;
  • d'importants succès en matière d'application de la loi;
  • l'amélioration des services de traitement de la toxicomanie;
  • une meilleure information des jeunes grâce à l'impact de mesures de sensibilisation de grande envergure à plusieurs volets.
Initiative de santé bucco-dentaire des enfants des Premières nations - Bureau de santé du Nord-Ouest

De nombreux bureaux de santé travaillent de façon innovatrice avec les collectivités des Premières nations pour répondre aux besoins locaux en matière de santé et concluent des partenariats de collaboration qui favoriseront l'amélioration des communications et de la planification.

Par exemple, en septembre 2004, le Bureau de santé du Nord-Ouest a conclu un partenariat avec Santé Canada afin de faire participer cinq nouvelles collectivités des Premières nations au programme pilote de l'initiative de santé bucco-dentaire des enfants auquel, à ce jour, 19 collectivités prennent part. Cette initiative s'attaque aux taux élevés de maladies dentaires évitables que l'on rencontre dans les collectivités des Premières nations et des Inuits au Canada.

Dans le cadre du programme, le Bureau de santé du Nord-Ouest entreprend diverses activités de promotion de la santé bucco-dentaire telles que des séances de sensibilisation, des évaluations de la santé bucco-dentaire, des dépistages, les traitements au fluorure, l'application d'agents de scellement, le détartrage et des directives sur l'hygiène de la bouche. Des données épidémiologiques annuelles de base sont recueillies et utilisées pour mettre le programme en œuvre, l'évaluer et déterminer les tendances des maladies de la bouche

Cette stratégie a éliminé les obstacles juridictionnels entre le gouvernement fédéral, la province et les Premières nations et s'accorde parfaitement avec d'autres initiatives tripartites à travers le Canada, ce qui permet au personnel du bureau de santé de fournir, à des enfants se trouvant sur un territoire de compétence fédérale, des services dont ils ont désespérément besoin.

L'objectif final est de permettre aux collectivités de fournir elles-mêmes ces services.

First Nations, Métis and Inuit Diabetes Network - Bureau de santé de la cité d'Ottawa

Comme exemple de travail avec les Premières nations, on peut citer la collaboration de Santé publique Ottawa avec le First Nations, Métis and Inuit Diabetes Network. Le taux de personnes diabétiques étant trois fois plus élevé chez les Autochtones ontariens que dans les autres populations, la communauté autochtone d'Ottawa a reconnu la nécessité d'adopter une démarche mieux coordonnée pour sensibiliser les gens au diabète. Santé publique Ottawa, de concert avec des organismes autochtones d'Ottawa, a mis sur pied un réseau qui comprend l'Association canadienne du diabète, la Fondation des maladies du cœur et le Programme d'information sur le diabète d'Ottawa.

Le First Nations, Métis and Inuit Diabetes Network tire sa force de ses membres autochtones et de son engagement collectif à participer, discuter et en arriver à une compréhension commune de la planification de la sensibilisation au diabète tout en s'assurant que les efforts mis en œuvre tiennent compte des trois populations distinctes. En conséquence, le réseau a pu aller de l'avant en élaborant et en partageant des ressources, des programmes de formation et des démarches de service culturellement pertinents en matière de prévention du diabète, en plus de mettre l'accent sur la prévention d'autres maladies chroniques.

Le First Nations, Métis and Inuit Diabetes Network mise sur le caractère interdisciplinaire et intersectoriel de ses membres pour attirer de nouveaux partenaires en matière de services, de recherche et d'enseignement afin de travailler ensemble dans le but de réduire le fardeau que constitue cette maladie chronique évitable pour les quelque 60 000 Autochtones d'Ottawa.

Sécurité alimentaire - Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough / Bureau de santé du comté de Huron

Le fait d'avoir accès à des aliments sains à prix abordable constitue une préoccupation en matière de santé publique et le Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough déploie des efforts pour régler ce problème avec son projet de partenariat communautaire en matière de sécurité des aliments.

Depuis plus de dix ans, l'enquête annuelle sur le panier à provisions nutritif a déterminé que les habitants à faible revenu de la cité et du comté de Peterborough n'ont pas les moyens de suivre un régime adéquat une fois qu'ils ont payé leur logement et d'autres besoins essentiels. En guise de réponse, le Bureau de santé du comté et de la cité de Peterborough a rassemblé les partenaires communautaires afin que le projet de partenariat communautaire en matière de sécurité des aliments concentre ses efforts sur les programmes communautaires d'alimentation et l'acquisition de compétences en ce domaine.

Le projet rejoint 5 000 adultes et enfants à faible revenu de la cité et du comté de Peterborough. Le programme s'adresse aux populations prioritaires, y compris celles des collectivités rurales et des Premières nations, les jeunes vivants seuls, les parents de jeunes enfants, les sans-abri et les membres de la collectivité qui sont mal logés ainsi que les personnes âgées vivant de façon isolée. Les nouveaux partenariats ont permis au programme d'élargir sa portée au sein de ces populations prioritaires.

Le projet comporte les volets suivants :

  • la promotion de l'augmentation des revenus des gens qui reçoivent de l'aide sociale et touchent de faibles salaires;
  • Come Cook with Us (initiation à la cuisine) - séances culinaires durant lesquelles les participants cuisinent, prennent un bon repas ensemble, partagent des conseils relatifs à l'alimentation saine et à la salubrité alimentaire et apportent à la maison des repas et un bon alimentaire. Les diplômés sont invités à se joindre à une cuisine collective mensuelle;
  • Food Box Programs (programmes de paniers d'aliments) - paniers mensuels contenant des produits de première nécessité et (ou) des produits agricoles ainsi qu'une subvention pour les clients à faible revenu;
  • Cooking up Employment (cuisine et emploi) - deux membres de la collectivité travaillent de concert avec le « chef de la table ouverte » (Open Table Chef) afin d'offrir gratuitement un repas nutritif aux membres de la collectivité cinq jours par semaine;
  • Frozen Meal Program (programme de mets surgelés). - offre des repas nutritifs, livrés à des membres des collectivités rurales isolées du comté de Peterborough.

Les évaluations de cette initiative indiquent que les participants choisissent des aliments plus sains. La réponse de la collectivité à l'égard du programme a été remarquable, tant sur le plan du nombre de participants que de celui des gens dont la vie a été touchée.

Un autre exemple local de travail sur la sécurité alimentaire est le projet de la ferme à la table (Farm to Table Project) du Bureau de santé du comté de Huron. Ce réseau d'organismes communautaires, préoccupé par l'accès local à des aliments sains et le déclin global de l'agriculture dans les comtés de Huron et de Perth, vise à sensibiliser les consommateurs à l'égard des questions d'alimentation, de nutrition et d'agriculture et à créer de nouveaux marchés pour les agriculteurs locaux.

L'initiative principale du projet est le programme mensuel Huron Good Food Box (bon panier d'aliments), qui offre aux résidants du comté de Huron un approvisionnement régulier à prix abordable en fruits et légumes frais locaux. Le programme compte sur les bénévoles et les ventes annuelles ont augmenté depuis son lancement en 2001 pour se situer à plus de 2 500 bons paniers d'aliments en 2007, la clientèle étant constituée de 25 % d'acheteurs dont le revenu annuel du ménage est inférieur à 20 000 $. Plus de 60 % des utilisateurs du programme déclarent avoir augmenté leur consommation de fruits et légumes.

Guelph Inclusiveness Alliance - Bureau de santé de Wellington-Dufferin-Guelph

La Guelph Inclusiveness Alliance (GIA) est une coalition multiculturelle formée de plus de 30 organismes fournisseurs de services et de personnes qui concentrent leurs efforts pour faire de Guelph un lieu plus accueillant pour les immigrants qui ont besoin de soutien. Le Bureau de santé de Bureau de santé de Wellington-Dufferin-Guelph fournit à la GIA une expertise en matière d'épidémiologie et apporte une perspective liée aux déterminants de la santé aux travaux de la coalition.

Le recensement 2006 a révélé que les immigrants représentent 21 % de la population de Guelph. En 2009, la Guelph Inclusiveness Alliance achètera des renseignements démographiques personnalisés auprès de Statistique Canada afin de fournir des profils d'immigrants plus détaillés dans le but de déceler les injustices et d'améliorer l'exactitude de l'information.

Le Bureau de santé publique de Wellington-Dufferin-Guelph utilise les données du recensement et des renseignements concernant le code postal afin d'étudier la répartition spatiale et temporelle des immigrants, les taux de mortalité, les visites aux salles des urgences et les hospitalisations dans 12 quartiers de Guelph. Ces travaux appuient un puissant système d'information géographique (SIG) qui comprend des outils d'analyse statistique de pointe permettant d'interpréter les tendances en matière de santé à Guelph.

Grâce à la GIA, le Bureau de santé publique de Wellington-Dufferin-Guelph tente de déceler et de réduire les injustices en matière de santé entre les diverses populations de Guelph, d'adapter ses programmes et ses services afin de mieux répondre aux besoins locaux et de partager ses connaissances et son expertise avec les partenaires communautaires.

Des menus sains dans les arénas - Bureau de santé de la région de Durham

Dans le cadre de la définition de stratégies visant à encourager une alimentation saine, les bureaux de santé cherchent à aller au-delà de la diffusion de messages à l'intention de la population générale et cherchent des stratégies qui visent les endroits précis où les gens mangent en dehors de chez eux.

Le Département de la santé de la région de Durham a mis en place une démarche locale innovatrice en instaurant un programme de menus sains dans cinq arénas de Durham. Ce programme repose sur les résultats positifs d'une étude pilote menée en 2007, qui a démontré que les gens qui se rendent dans les arénas choisissent une alimentation saine si celle-ci leur est proposée dans les concessions qui s'y trouvent.

Des choix de menus sains ont été préparés par des infirmières hygiénistes et des nutritionnistes en collaboration avec la Fondation des maladies du cœur de l'Ontario, la Société canadienne du cancer, l'Association canadienne du diabète, la Fondation canadienne du foie, FoodSense Vending Services et les installations récréatives municipales locales.

D'autres initiatives ont également été lancées à l'appui d'une alimentation saine dans d'autres installations récréatives, dont une campagne de communication et un programme d'encouragement à l'intention des entraîneurs. En plus du financement accordé par le département de la santé, Durham Lives, la coalition locale pour la santé du cœur, l'Agence de santé publique du Canada (par le biais de sa stratégie sur le diabète) et la Division de l'Ontario de la Société canadienne du cancer ont également apporté un soutien financier.

Échange de connaissances - Bureau de santé de la région de Peel / Bureau de santé de Waterloo

Il est important d'élaborer des méthodes de promotion et de soutien du partage des connaissances afin de s'assurer que celles-ci sont mises en pratique et que le courant de pensée actuel relatif aux pratiques exemplaires est continuellement mis à jour.

Le Bureau de santé publique de Peel s'est lancé dans un processus de définition d'une orientation stratégique décennale afin d'accroître les prises de décisions éclairées fondées sur des éléments probants. Cette stratégie, qui comporte plusieurs volets, comprend actuellement un examen des services de bibliothèque, le perfectionnement des compétences du personnel, surtout dans le domaine de l'évaluation critique de la documentation, un plan de communication à l'échelle du service, un projet mené par l'un des médecins hygiénistes adjoints bénéficiaire d'une bourse dans le cadre du programme Formation en recherche pour cadres qui exercent dans la santé (FORCES) de la FCRSS et une étude postdoctorale sur le processus de gestion du changement mené par un chercheur de l'Université McMaster. Parmi les autres activités figurent le pilotage de l'utilisation d'un rôle de courtier du savoir, le recrutement d'universitaires pour l'examen de certains ouvrages, un programme pilote d'utilisation sur une période de 12 mois de RefWorks, un outil de gestion de recherche qui gère l'information en ligne et génère des citations et des bibliographies, ainsi que la création d'un club d'évaluation critique dont les membres peuvent acquérir de nouvelles compétences et apprendre les uns des autres.

Le Bureau de santé publique de la région de Waterloo a abordé cette tâche en tenant un forum sur les cheminements de recherche relatifs aux politiques de santé publique dans le but de promouvoir les activités de recherche et d'évaluation de la santé de la population. Le forum fait partie d'un programme par le biais duquel le bureau de santé a défini des buts et des objectifs précis visant à orienter ses travaux avec les principaux groupes d'intervenants, dont les organismes communautaires, la collectivité en général et plus particulièrement les populations vulnérables, les partenaires professionnels et les collègues, les décideurs ainsi que les membres des établissements universitaires.

Le forum d'un jour sur les cheminements de recherche relatifs aux politiques de santé publique a attiré plus de 80 participants provenant des universités de la région et de groupes communautaires clés. L'événement était axé sur trois thèmes :

  • la santé et le milieu bâti (l'aménagement des collectivités);
  • les conditions environnementales ayant une incidence sur la santé (l'eau potable, la qualité de l'air);
  • la mise au point d'un système local d'alimentation saine.

La journée était divisée en trois parties :

  1. un aperçu général du secteur de la santé publique qui décrivait le mandat du Bureau de santé publique de la région de Waterloo et ce que les cheminements de recherche avaient à offrir aux chercheurs;
  2. une séance plénière destinée à l'ensemble du groupe qui abordait les attentes et les préoccupations relatives aux partenariats avec les services de santé publique et lançait des idées sur la façon de surmonter les obstacles à la collaboration;
  3. des séances en petits groupes couvrant les trois thèmes.

Chacune des séances en petits groupes a déterminé les principaux enjeux intéressant à la fois le milieu universitaire et les services de santé publique pour chacun des thèmes, abordé les façons de maintenir les communications sur ces enjeux et identifié les personnes-ressources principales pour chaque thème. Depuis cette réunion, le personnel des services de santé publique a fait le suivi d'au moins 10 idées, propositions ou discussions de recherche potentielles avec les participants du milieu universitaire.

Opération Spray-Net - Bureau de santé de la cité d'Ottawa

Santé publique Ottawa a mis sur pied, de concert avec des membres de la collectivité, une initiative de protection de la santé qui vise à fournir de l'information sur la santé aux populations à risque. Opération Spray-Net forme les coiffeurs et les barbiers africains et caribéens afin qu'ils offrent à leurs clients et aux membres des communautés africaine et caribéenne locales de l'information adaptée à ces cultures sur les stratégies de prévention du VIH/sida.

Les bénévoles de l'Opération Spray-Net sont formés à la sensibilisation de leurs pairs et acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour transmettre de l'information relative à la prévention des ITS et du VIH/sida lorsqu'ils rencontrent leurs clients. Sur une période de 12 mois, 19 bénévoles ont été recrutés et formés à Ottawa. Au total, ils ont communiqué avec plus de 14 000 clients et membres de la collectivité, partageant de l'information et diverses publications écrites sur la prévention de base du VIH/sida et distribuant plus de 24 000 préservatifs. Le Centre du Sud-Est d'Ottawa pour une communauté en santé a créé une base de données où sont consignées les données recueillies par les bénévoles.

En 2008, Santé publique Ottawa a conclu un partenariat fructueux avec le Centre de santé communautaire de Somerset-Ouest afin d'étendre la portée du projet en recrutant et en formant 20 bénévoles supplémentaires. Le Programme d'action communautaire sur le sida (PACS) a financé pendant une durée limitée la deuxième phase de l'Opération Spray-Net intitulée « Spray the Word ». À ce jour, sept autres bénévoles ont été recrutés et formés.

Site Web de SPARK Youth - Bureau de santé du comté de Huron

Les initiatives de prévention de la toxicomanie doivent correspondre à la fois aux caractéristiques de la collectivité et aux besoins de la population desservie. Le Bureau de santé du comté de Huron, qui est situé dans une région rurale, a élaboré une intervention en ligne conçue pour réduire les obstacles auxquels font face les jeunes des régions rurales concernant l'accès à l'information sur la santé, tels que la distance, le transport, le manque d'anonymat et un manque général de services de santé et de services sociaux à l'intention des jeunes.

Puisque les taux locaux de consommation abusive d'alcool chez les jeunes sont sensiblement supérieurs à la moyenne provinciale, le contenu du site Web est axé sur la consommation d'alcool et la toxicomanie, mais il contient également des renseignements sur divers sujets en matière de santé, dont la sexualité, les relations et la santé mentale. Le solide volet d'évaluation de ce projet fait en sorte que ce site interactif, axé sur les jeunes, évolue continuellement afin de répondre aux besoins des jeunes de la région.

En offrant un emploi à 6 jeunes aux étapes initiales de conception et de mise à jour du site Web et en embauchant présentement un ambassadeur de SPARK youth, le site Web de SPARK youth est conçu de façon à donner aux jeunes à risque du comté de Huron la possibilité d'acquérir les compétences voulues pour :

  • concevoir et mettre à jour un site Web sur la promotion de la santé;
  • faire en sorte que le site Web soit une source fiable d'information sur la santé publique pour les jeunes du comté de Huron.

Le site Web, que l'on peut consulter à l'adresse http://www.youthspark.ca contient des histoires personnelles, des renseignements locaux et des annonces d'événements. Il contient également des forums de discussion en ligne dans lesquels les jeunes peuvent trouver des réponses et communiquer avec des professionnels de la santé qui peuvent répondre aux questions de façon anonyme.

Santé sexuelle des adolescents - Bureau de santé de Middlesex-London / Bureau de santé de Kingston, Frontenac et Lennox et Addington

De nombreux bureaux de santé répondent aux besoins des adolescents en matière de santé sexuelle en offrant des services adaptés à ce groupe de clients.

Par exemple, le Bureau de santé publique de Kingston, Frontenac et Lennox et Addington, en partenariat avec le Conseil scolaire du district de Limestone, offre, en milieu scolaire, un programme clinique complet portant sur la santé sexuelle des adolescents. Une infirmière-hygiéniste se rend dans les diverses écoles secondaires locales afin de permettre aux adolescents de la région d'accéder plus facilement à des services gratuits et confidentiels en matière de santé sexuelle. Les infirmières-hygiénistes collaborent étroitement avec le professionnel de la santé qui s'occupe des adolescents dans chaque école et facilitent les aiguillages vers un médecin au besoin.

Le programme de la clinique de santé sexuelle à l'intention des adolescents est conçu pour réduire le taux de grossesses chez l'adolescente et prévenir la propagation d'infections transmissibles sexuellement. Le programme est actuellement offert dans cinq écoles secondaires de la zone desservie par le bureau de santé publique. Une clinique pour adolescents est mise en place dans un centre d'éducation de rechange dont plusieurs élèves sont sans abri ou se prostituent. Une base de données sur les cliniques pour adolescents est en voie de création afin de consigner tous les renseignements démographiques pertinents ainsi que les services fournis en matière de santé sexuelle en vue d'évaluer la réussite du programme.

Le Bureau de santé de Middlesex-London adopte une démarche différente en offrant un programme interactif de sensibilisation d'une journée dans les écoles secondaires afin d'accroître les connaissances des jeunes et de les faire participer. Le programme Having a Baby Day (Parents d'un jour) est mené en collaboration avec l'hôpital St. Joseph's Health Care de London, le centre de traitement des victimes d'agression sexuelle et de violence familiale et les CSD catholiques de Thames Valley et de London.

Ce programme trimestriel amène les élèves des écoles secondaires et leurs enseignants à l'hôpital St. Joseph's Health Care pour apprendre à se préparer à la condition de parent et à avoir une santé optimale avant la conception, une grossesse saine et un nouveau-né le plus en santé possible.

Les élèves alternent entre des séances de discussion en petits groupes sur les sujets suivants et des visites sur place :

  • le Family Birthing Centre (FBC);
  • les unités néonatales de soins intensifs;
  • les relations saines;
  • le centre régional de traitement des victimes d'agression sexuelle et de violence familiale;
  • les problèmes postnatals.

Ces séances comprennent des discussions avec des membres du personnel de soins de santé sur des sujets tels que les soins prénatals, pernatals et postnatals, ce qu'implique le fait d'avoir un nourrisson prématuré ou malade, les décisions relatives aux rapports protégés, les ressources visant à prévenir les mauvais traitements et les changements auxquels sont confrontés les familles à l'arrivée d'un nouveau-né.

L'autobus santé - Bureau de santé de la région de Niagara

L'idée de l'autobus santé découle d'une vision de l'organisme de bienfaisance Wise Guys, établi à Niagara, qui a versé des fonds afin de permettre au Bureau de santé publique de la région de Niagara de faire l'acquisition d'un autobus et de le transformer en établissement mobile de soins de santé destiné aux sans-abri. Le personnel permanent de l'autobus santé est constitué d'un chef d'équipe et d'une infirmière-hygiéniste. En outre, le personnel affecté au programme de santé sexuelle, au programme dentaire et au programme de santé mentale fournit des services par roulement ou de façon occasionnelle.

La population de sans-abri initialement ciblée a pris de l'expansion et comprend maintenant les populations de gens vulnérables, marginalisés et isolés. Le Bureau de santé publique de la région de Niagara a travaillé en collaboration étroite et en consultation avec les partenaires communautaires afin de déterminer les services nécessaires et les meilleurs endroits où rejoindre la population cible et il tient les organismes communautaires au fait des services de l'autobus santé et des endroits où ils sont rendus.

L'autobus santé offre une vaste gamme de services de santé, notamment :

  • le traitement des affections mineures;
  • des services de counseling en santé générale, mentale et sexuelle;
  • le soin des pieds;
  • la vaccination;
  • le dépistage et le traitement des maladies transmises sexuellement;
  • l'échange de seringues;
  • des évaluations dentaires;
  • des aiguillages vers les fournisseurs de services médicaux et dentaires appropriés.

Malgré les demandes d'élargissement de la zone desservie, l'autobus santé a été en mesure de maintenir l'accès à ses services pour la population cible. L'un des atouts de l'autobus santé est sa notoriété et le lien de confiance qu'il a établi avec la population cible. Il a réussi à améliorer la satisfaction des clients, de la collectivité et du personnel grâce à la prestation de soins de santé à une population habituellement mal desservie.

Projet relatif aux travailleurs à faible salaire - Bureau de santé de Sudbury et du district

Les programmes de santé publique qui tiennent directement compte des facteurs sociaux sous-jacents associés aux mauvais résultats en matière de santé constituent un domaine important de la pratique des bureaux de santé publique. À titre d'exemple, le personnel du Bureau de santé de Sudbury et du district ainsi que ses partenaires universitaires ont lancé en 2003 un projet important visant à comprendre les problèmes de santé et de bien-être auxquels font face les travailleurs à faible salaire du Grand Sudbury et à déterminer les interventions qui pourraient être entreprises afin d'améliorer leur santé, leur sécurité et leur bien-être.

Un examen de la documentation a révélé qu'il existe peu d'études sur les interventions de santé publique destinées à améliorer la vie et les conditions de travail des gens pauvres. Il a fallu mener une série d'entrevues relatives à l'évaluation des besoins pour comprendre les défis auxquels font face les travailleurs à faible revenu et les interventions possibles pour leur permettre de les relever. Par conséquent, neuf groupes de discussion composés de 23 informateurs clés et de 65 travailleurs à faible salaire ont été organisés. Les recommandations tirées des entrevues comprenaient des appels visant à :

  • améliorer les programmes existants de promotion et de protection de la santé ainsi que de sécurité ciblant les travailleurs à faible salaire;
  • conclure des partenariats communautaires dans le but de favoriser et de mettre en œuvre des changements de politiques;
  • effectuer d'autres recherches sur les besoins des travailleurs à faible salaire et la détermination des interventions sur le plan des personnes, du lieu de travail, de la collectivité et des politiques sociales.

Ces recommandations ont des implications pour les planificateurs de la santé publique dans l'ensemble de l'Ontario. On peut consulter les rapports complets sur le site Web du Bureau de santé de Sudbury et du district à l'adresse http://www.sdhu.com.

Coalition pour la prévention du cancer de Toronto - Bureau de santé de la cité de Toronto

La Toronto Cancer Prevention Coalition, qui a été créée en 1998 par le Bureau de santé publique de Toronto et ses partenaires communautaires, est la plus importante coalition municipale pour la prévention du cancer en Amérique du Nord. En novembre 2002, le conseil municipal a approuvé le plan d'action de la coalition en tant que pierre angulaire de la prévention du cancer dans la ville de Toronto.

La force de la coalition repose sur le dévouement de ses membres. Pour la première fois de l'histoire, les gouvernements, les universités, les syndicats, les organismes de santé et environnementaux, les conseils scolaires, les groupes locaux, les militants et les survivants ont fait bénéficier la coalition et son programme complet de prévention du cancer de leur expertise. Les travaux de la coalition ont influencé les efforts de prévention actuellement déployés partout au Canada.

En 2007, le Conseil de santé de Toronto a approuvé une déclaration de principes relativement à l'utilisation de stores par la Ville de Toronto, qui a été envoyée aux directeurs municipaux afin qu'elle soit mise en œuvre, et elle a, depuis, servi de catalyseur à d'autres projets pilotes, activités et interventions visant à réduire efficacement la surexposition au rayonnement ultraviolet dans les établissements municipaux.

Collaboration avec les établissements correctionnels - Bureau de santé de la région de Halton

L'équipe du Bureau de santé de la région de Halton responsable de la lutte contre les maladies transmissibles a lancé un programme visant à soutenir les programmes de santé dans les deux « super prisons » (Maplehurst et le Centre Vanier) établies sur son territoire. Avec une population de 1 182 détenus et un taux de roulement de 30 détenus par jour, le Complexe correctionnel Maplehurst est le plus grand établissement correctionnel pour hommes au Canada. Le Centre Vanier pour femmes est un établissement à sécurité moyenne et maximale de 333 lits qui affiche un taux de roulement de près de 100 % tous les 18 à 21 jours et un taux de récidive de 80 %.

L'équipe responsable de la lutte contre les maladies transmissibles fournit un soutien au programme des deux établissements; elle collabore étroitement avec les services de santé et d'administration de la prison afin de procéder à des dépistages de routine au moment de l'admission, notamment en ce qui concerne la tuberculose, et le signalement rapide de problèmes liés aux maladies transmissibles afin qu'ils soient suivis et traités de façon appropriée. Dans les deux établissements, 95 % de la charge de travail concerne la tuberculose, y compris les infections tuberculeuses latentes, le suivi actif de la maladie, son traitement et la gestion des expositions.

De plus, l'équipe responsable de la salubrité des aliments effectue régulièrement des inspections de conformité dans les cuisines des deux établissements. L'une d'elles est une installation de production alimentaire de type commercial qui fournit plus de 9 000 repas par jour à cinq autres établissements provinciaux. L'autre prépare les repas des détenus de Maplehurst et du Centre Vanier. Dans les deux cuisines, les détenus participent à la préparation et à l'assemblage des repas.

À cet égard, le Bureau de santé de la région de Halton a participé à des enquêtes suite à des plaintes et des éclosions liées à la salubrité des aliments, y compris celles résultant de produits alimentaires contaminés et d'une adultération intentionnelle. De même, le personnel traite les questions d'hygiène du milieu, telles que les problèmes de moisissures et de qualité de l'air intérieur.

Le bureau de santé a également mis en place un programme relatif à la santé sexuelle et à l'échange de seringues qui sensibilise les détenus de Maplehurst et du Centre Vanier, gère les cas des personnes auxquelles on a diagnostiqué une infection transmissible sexuellement (ITS) et fournit de l'information générale sur les ITS, dont le VIH/sida et les hépatites A, B et C.


HAUT